GP du Brésil – Alonso n'a rien à perdre face à Vettel!

Publié

GP du BrésilAlonso n'a rien à perdre face à Vettel!

Fernando Alonso (Ferrari), 2e à 13 points de Sébastian Vettel (Red Bull) compte mener la vie dure au pilote allemand pour le dernier GP de la saison à Interlagos au Brésil.

Fernando Alonso (à gauche) peut encore ravir le titre à Sebastian Vettel (à droite).

Fernando Alonso (à gauche) peut encore ravir le titre à Sebastian Vettel (à droite).

AFP

«Je n'ai rien à perdre», a déclaré le pilote Espagnol avant le départ du Grand Prix du Brésil. «Ça ne dépend pas de nous, donc nous n'avons pas grand-chose à faire. La seule chose qui puisse arriver, c'est qu'on gagne quelque chose. Je n'ai rien à perdre. S'il (Vettel) gagne, très bien, on essayera à nouveau l'an prochain», a lancé Alonso, avant le week-end de F1.

«Ce serait bien de monter sur le podium pour marquer au moins 15 points, et quand on passera la ligne d'arrivée, on verra bien où est Seb (Vettel) et on fera les comptes. Mais on ne peut pas faire de la magie sur notre voiture en l'espace de cinq jours», a ajouté le double champion du monde (2005, 2006). «Nous étions 7e sur la grille à Abu Dhabi, 9e à Austin, ce sont des positions normales pour nous, et on arrive ici en 2e position du championnat, avec 13 points à rattraper, ça va être difficile. Si tout se passe normalement, on finira 2e. S'il se passe quelque chose, on gagnera. Le destin n'est pas entre nos mains, donc il y a beaucoup moins de pression», estime le pilote Ferrari.

Alonso n'a que 31 ans, l'âge auquel le Brésilien Ayrton Senna a conquis son 3e titre de champion du monde, en 1991, avant de disparaître tragiquement en 1994, à Imola. Alonso se sent encore jeune et voit plus loin que la course de dimanche. «J'ai 31 ans et depuis trois saisons que je cours pour Ferrari, je suis arrivé deux fois à la dernière course en visant encore le titre, alors que nous avons eu des problèmes et n'avons jamais dominé. Je suis encore chez Ferrari pour les quatre ou cinq prochaines années, au minimum, donc il y aura forcément d'autres occasions de remporter un 3e titre mondial», a-t-il conclu.

Les moments clés de la Saison

GP de Malaisie, Sepang, 25 mars: Superbe victoire d'Alonso, parti 8e. L'Espagnol passe en tête du championnat. Vettel termine 11e, hors des points, et donc furieux, au terme d'une course ratée. Alonso 35 pts - Vettel 18 pts (6e).

GP d'Europe, Valencia, 24 juin: Nouvelle victoire d'Alonso, parti de la 11e place sur la grille, devant son public, grâce aussi et surtout à la panne d'alternateur sur le moteur Renault de Vettel, au 33e tour. La réussite est avec Alonso. Alonso 111 - Vettel 85 (4e).

GP d'Allemagne, Hockenheim, 22 juillet: Parti en pole position, Alonso mène pendant 64 tours sur 67 et remporte sa 3e victoire de la saison. Vettel, qui a mené pendant deux tours, termine 2e sur la piste mais 5e au final, suite à une pénalité de 20 secondes. Alonso 154 - Vettel 110 (3e).

GP de Belgique, Spa-Francorchamps, 2 septembre: Carambolage au départ, provoqué par Grosjean (Lotus), avec comme principal éliminé Alonso. Vettel, parti 10e, termine 2e. Alonso 164 - Vettel 140 (2e).

GP d'Italie, Monza, 9 septembre: Hamilton (McLaren) fait une course parfaite et Vettel abandonne, suite à sa deuxième panne d'alternateur de la saison, ce qui fait bien les affaires d'Alonso, troisième. Alonso 179 - Vettel 140 (4e).

GP du Japon, Suzuka, 7 octobre: Alonso est éliminé dès le départ à la suite d'un petit accrochage avec Räikkönen (Lotus). Vettel gagne en menant de bout en bout et revient à quatre points. Alonso 194 - Vettel 190 (2e).

GP de Corée du Sud, 14 octobre: Nouvelle course parfaite de Vettel, qui mène de bout en bout et remporte sa 25e victoire en F1, ce qui lui permet de prendre les commandes à Alonso, 3e. Le championnat a basculé. Vettel 215 - Alonso 209 (2e).

GP d'Abu Dhabi, 5 novembre: Pénalisé pour une quantité d'essence insuffisante dans son réservoir à la fin des qualifications, Vettel part 24e et dernier, des stands, et remonte jusqu'à la 3e place finale. Alonso, ne lui reprend donc que trois points au classement. Vettel 255 - Alonso 245 (2e).

(L’essentiel Online / AFP)

Ton opinion