Immigration au Luxembourg – «Améliorer l'accueil des étrangers est primordial»
Publié

Immigration au Luxembourg«Améliorer l'accueil des étrangers est primordial»

LUXEMBOURG - Franco Avena a été élu président, pour 5 ans, du Conseil national pour étrangers (CNE). Et compte bien lui donner un nouvel élan en cette période charnière.

Claire Geier-Courquin, vice-présidente du CNE, et le nouveau président Franco Avena.

Claire Geier-Courquin, vice-présidente du CNE, et le nouveau président Franco Avena.

SIP

L'essentiel: Le CNE existe depuis 25 ans au Grand-Duché, quel est son rôle?

Franco Avena: C'est un organe consultatif qui s'appuie sur 68 membres (NDLR: dont 34 suppléants) issus des communautés étrangères, du patronat ou encore de la société civile. Il est appelé à donner son avis pour améliorer le cadre législatif sur la question des étrangers au Luxembourg. Il a ce "petit truc" en plus puisqu'il est en mesure de formuler des recommandations au gouvernement.

Quels sont ses moyens pour agir?

Je souhaite que soient créées de nouvelles commissions de travail très ciblées, sur les priorités. Le Conseil national pour étrangers a traversé dernièrement une crise qui selon moi l'a immobilisé. Sur la fin, seuls douze membres se présentaient en plénière. Aujourd'hui, je veux utiliser les talents de tous les volontaires et j'ai déjà senti que la dynamique est là.

Avez-vous justement identifié des priorités?

Le Luxembourg fait notamment face à un accueil massif de réfugiés, avec des centaines de dossiers à traiter. Le CNE doit s'impliquer et compléter ce qui se fait déjà avec l'OLAI ou même la société civile qui a montré un élan de générosité au Luxembourg. Améliorer l'accueil et l'intégration des réfugiés et plus largement des communautés étrangères est primordial.

Que représente cette mission pour vous sur le plan personnel?

J'ai été vice-président du CNE entre 2007 et 2011 et rapporteur du Plan d'action national d'intégration 2015-2019, je sais que le CNE a vraiment un rôle important et je veux conduire ma présidence en ce sens. J'ai par ailleurs présidé des associations d'étrangers, je suis conseiller à l'immigration et moi-même d'origine italienne. Je me sens très proche des personnes démunies.

(NC/L'essentiel)

Ton opinion