Netflix – Angèle: «Je me suis sentie humiliée»

Publié

NetflixAngèle: «Je me suis sentie humiliée»

La chanteuse garde un très mauvais souvenir de sa collaboration avec le magazine «Playboy».

La chanteuse belge Angèle sortira son nouvel album, «Nonante-cinq», le 10 décembre 2021.

La chanteuse belge Angèle sortira son nouvel album, «Nonante-cinq», le 10 décembre 2021.

Instagram

Pour son grand retour, Angèle est sur tous les fronts. En plus de son deuxième album, «Nonante-cinq», qui sera dans les bacs le 10 décembre 2021, la chanteuse de 25 ans fait l’objet d’un documentaire homonyme qui sera visible sur Netflix, dès le 26 novembre. Dans ce reportage qui retrace son fulgurant parcours, Angèle a révélé un événement qui l’a traumatisée.

En 2017, l’artiste, qui démarrait sa carrière, avait été contactée par «Playboy» pour faire un article sur elle. «Ils ont pour envie de refaire leur image. Ils m’expliquent que la prochaine réédition de leur magazine sera axée sur le féminisme, axée sur la parole des femmes et que ce n’est plus du tout sexuel», raconte la jeune femme devant la caméra. Trouvant ce décalage amusant, Angèle s’était dit qu’il serait «hyperintéressant» de parler de sa musique dans une telle revue et que «les choses allaient peut-être un peu changer».

«C’était vraiment mon pire cauchemar»

Malheureusement pour elle, rien ne s’est passé comme elle l’avait imaginé. Le magazine érotique a utilisé une photo d’elle topless où elle pose avec deux poivrons pour dissimuler ses seins. «On l’avait faite quelques mois avant, de manière très innocente, dit la Belge. Et puis, on avait décidé de ne pas la garder, de ne pas la sortir: comme j’étais blonde, jeune, avec du rouge à lèvres rouge et que je faisais une petite moue, on s’était dit que c’était peut-être un peu trop dans la séduction. Et j’avais déjà très peur à l’époque d’être sexualisée à mon insu. Avec cette photo-là, je ne me sentais pas hyper à l’aise. Je savais qu’elle serait mal interprétée».

Angèle avait alors très mal vécu cette trahison, d’autant plus que l’article citait ses parents, également artistes, et son frère, le rappeur Roméo Elvis. «Je me suis sentie humiliée, une humiliation publique. C’était vraiment l’association de toutes mes craintes: c’est-à-dire être juste résumée à être «la sœur de» et «la fille de», et dans un contexte sexuel. C’était vraiment mon pire cauchemar».

(L'essentiel/lja)

Ton opinion