Basketteuse du Luxembourg – Anne Simon fait des étincelles aux Etats-Unis

Publié

Basketteuse du LuxembourgAnne Simon fait des étincelles aux États-Unis

Recrutée par l'Université du Maine l'été dernier, la Luxembourgeoise Anne Simon, 20 ans, y fait des débuts fracassants.

Anne Simon, 20 ans, est partie pour quatre ans dans le Maine.

Anne Simon, 20 ans, est partie pour quatre ans dans le Maine.

Même elle n'aurait jamais pu l'imaginer. Débarquée dans le nord-est des États-Unis en août dernier pour rejoindre l'Université du Maine, Anne Simon, 20 ans, s'attendait à vivre une première saison de découverte à Orono.

Mais ses qualités de percussion, des blessures à son poste et un sacré aplomb ont propulsé la meneuse en pleine lumière. Devenue incontournable, elle joue 33 minutes de moyenne par match et a reçu dimanche son septième trophée de meilleure rookie (débutante) de la semaine dans la Conférence America East. En 28 matches, elle a signé 12,7 points et 5 rebonds de moyenne, avec trois double-doubles et un match à 28 points.

«Le jeu est plus physique plus rapide et on a plus de spectateurs»

«Tout est allé très vite», admet la jeune femme de Sandweiler, arrivée au basket à Contern, dans les pas de sa cousine Florence Welsch. «La coach de mon université m'avait repérée avec l'équipe nationale, raconte-t-elle. Elle était venue voir une autre joueuse et nous a fait venir toutes les deux», raconte Anne Simon, qui vit déjà sa seconde aventure à l'étranger après une saison à Sarrelouis (D1 allemande, 2017/2018) à 17 ans!

Passée par Grengewald en 2018/2019, elle a voulu vivre comme Lisa Jablonowski, Julija Vujakovic ou Svenja Nürenberg le rêve américain. «Le jeu est plus physique plus rapide et on a plus de spectateurs, 2 000 par match». Sociable, l'étudiante en psychologie a fait son trou et ses Blacks Bears, 2es de la saison régulière, jouent demain les quarts de finale contre l'Université du Vermont. Elle rêve déjà de découvrir la «March Madness» (folie de mars), le tournoi entre les meilleures universités des États-Unis. Il faudra donc gagner la Conférence. Mais Anne n'est plus à une folie près.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Ton opinion