Publié

CoronavirusAprès le Covid-19, le Covid-2021, puis le 2022?

Un chercheur suisse met en garde contre un nouveau variant pour l’an prochain et préconise de vacciner les moins de 12 ans à large échelle dès que le vaccin sera sûr pour eux.

Sai Reddy estime qu’«il est très probable qu'un nouveau variant apparaisse et que nous ne puissions plus compter sur la seule vaccination» (images d’illustration).

Sai Reddy estime qu’«il est très probable qu'un nouveau variant apparaisse et que nous ne puissions plus compter sur la seule vaccination» (images d’illustration).

Reuters

Actuellement, la majorité des personnes infectées par le Covid-19 et la quasi-totalité des personnes hospitalisées atteintes du virus ne sont pas vaccinées, note le SonntagsBlick. Selon Sai Reddy, professeur assistant au Département des sciences et de l'ingénierie des biosystèmes de l'EPF de Bâle, cela s’explique par le fait que, «grâce au programme de vaccination, la plupart des mesures restrictives ont été levées.

Les personnes non vaccinées sont donc beaucoup moins protégées. Et le variant Delta est beaucoup plus contagieux. Ce n'est plus le Covid-19. Je l'appellerais Covid-22», dit-il. Selon lui, les personnes qui ne souhaitent pas être vaccinées finiront par être contaminées tôt ou tard.

«Vacciner massivement les moins de 12 ans»

Le scientifique explique par ailleurs la recrudescence des infections dans les écoles par le fait que la charge virale du variant Delta est si forte que toute personne non vaccinée qui contracte le virus peut constituer un superdiffuseur. Les moins de 12 ans constitueraient ainsi un groupe important de diffusion du coronavirus. Dès lors, Sai Reddy préconise de «vacciner massivement» ce groupe d’âge dès que la vaccination sera sûre pour eux.

Hausse des cas cet automne

Le scientifique prévoit par ailleurs une hausse des cas de Covid-19 pour l'automne à cause du faible taux de vaccination actuel. «Par conséquent, beaucoup plus de virus circuleront. Si le taux de vaccination n'augmente pas rapidement, seules des mesures restrictives sévères pourront éviter le pire».

Des vaccinations répétées pour les années à venir

Sai Reddy rappelle encore dans le SonntagsBlick que si le variant Delta infecte des personnes vaccinées, c’est à cause de sa charge virale très élevée. «Nous devons contrer cela avec un niveau élevé d'anticorps. C'est ce que fait le booster (une troisième dose de vaccin, ndlr). Des rapports récents d'Israël et des États-Unis montrent qu’après six mois, les vaccins actuels à ARN messager ne sont efficaces qu’à 60 % contre une infection Delta symptomatique. Un booster devrait nous ramener à 90%».

Sai Reddy estime par ailleurs qu’«il est très probable qu'un nouveau variant apparaisse et que nous ne puissions plus compter sur la seule vaccination. C'est pourquoi nous devons nous préparer à plusieurs vaccinations au cours des prochaines années, qui seront continuellement adaptées à de nouvelles variantes».

(L'essentiel/ewe)

Ton opinion