Arrestation au Pays de Galles – April a-t-elle été tuée par un père de famille ?
Publié

Arrestation au Pays de GallesApril a-t-elle été tuée par un père de famille ?

Un homme a été arrêté ce vendredi dans l'affaire de l'enlèvement d'une fillette de 5 ans qui a ému la Grande-Bretagne. Il est soupçonné de meurtre.

Un homme de 46 ans, résidant dans la même région que April Jones, une fillette de cinq ans enlevée lundi au Pays de Galles, a été officiellement placé en état d'arrestation ce vendredi par la police qui le soupçonne du meurtre de l'enfant. Mark Bridger, dont le domicile a été fouillé par les enquêteurs, était en garde à vue depuis mardi. L'enfant a disparu la veille alors qu'elle jouait près de sa maison à Machynlleth, une petite ville galloise. Elle a été vue pour la dernière fois lundi soir, alors qu'elle montait à bord d'un véhicule.

La fillette souffre d'une forme légère de paralysie cérébrale et a besoin de médicaments au quotidien. Le suspect a lui-même deux filles qui jouent régulièrement avec April, selon les médias britanniques. Il a aussi un fils de 20 ans, qui a pris part, comme volontaire, aux recherches pour tenter de retrouver la fillette. «Cette arrestation ne remet pas en cause nos efforts pour retrouver April», a affirmé un porte-parole des enquêteurs.

Premier ministre en première ligne

La police a lancé un nouvel appel au public pour recueillir toute information sur les faits et gestes du suspect entre 18H30 le lundi et 15H30 le mardi, ainsi que sur les mouvements d'une Land Rover, pendant la même période. Mark Bridger possède un véhicule de cette marque qui a été passé au peigne fin par les enquêteurs. L'enlèvement de la fillette a suscité un vif émoi au Royaume-Uni où les recherches ont été suivies en direct par les chaînes de télévision.

Le Premier ministre britannique David Cameron, dont le fils Ivan, gravement handicapé, est mort en 2009 à l'âge de six ans, a lui-même lancé jeudi un appel à ses compatriotes pour qu'ils aident les enquêteurs dans leur tâche. Plus de 200 policiers et membres de services de secours, dont une vingtaine de maîtres-chiens, ont été mobilisés pour cette enquête d'une échelle «sans précédent», selon la police locale. Le dispositif «alerte-enlèvement», mis en place en 2010 au Royaume-Uni, a été déclenché au niveau national pour la première fois.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion