A l'Est d'Abidjan – Aqmi revendique l'attaque meurtrière en Côte d'Ivoire

Publié

À l'Est d'AbidjanAqmi revendique l'attaque meurtrière en Côte d'Ivoire

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l'attaque contre la station balnéaire de Grand-Bassam, à l'est d'Abidjan, qui a fait 16 morts dimanche.

An Ivorian soldier walks on the beach after heavily armed gunmen opened fire on March 13, 2016 at a hotel in the Ivory Coast beach resort of Grand-Bassam.
Heavily-armed gunmen went on a shooting rampage in the Ivory Coast resort of Grand-Bassam on March 13, killing at 16 people and leaving bodies strewn on the beach in the the first attack of its kind in the country. One witness told AFP they heard one of the assailants shouting "Allahu Akbar" -- Arabic for "God is greatest", but there has not yet been any claim of responsibility.
 / AFP / ISSOUF SANOGO

An Ivorian soldier walks on the beach after heavily armed gunmen opened fire on March 13, 2016 at a hotel in the Ivory Coast beach resort of Grand-Bassam.
Heavily-armed gunmen went on a shooting rampage in the Ivory Coast resort of Grand-Bassam on March 13, killing at 16 people and leaving bodies strewn on the beach in the the first attack of its kind in the country. One witness told AFP they heard one of the assailants shouting "Allahu Akbar" -- Arabic for "God is greatest", but there has not yet been any claim of responsibility.
/ AFP / ISSOUF SANOGO

AFP/Issouf Sanogo

Aqmi a mis en avant ses «trois héros» qui ont perpétré l'attaque et a promis davantage de détails plus tard, selon SITE, organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.

Un peu plus tôt, le président ivoirien Alassane Ouattara s'était exprimé. «Le bilan est lourd, les terroristes ont réussi à tuer quatorze civils et nous avons perdu deux membres des forces spéciales», a déclaré le président qui s'est rendu sur les lieux, ajoutant que six assaillants avaient également été tués. Ces assaillants «puissamment armés et portant des cagoules» ont tiré sur les occupants de trois hôtels dont L'Etoile du sud, pris d'assaut par les expatriés en cette période de canicule, avait expliqué un témoin après le début de l'assaut.

«On était sur la plage, on a entendu des coups de feu et on a vu des gens fuir, on a compris que c'était une attaque», a raconté Braman Kinda, en montrant les photos de sept cadavres, dont au moins une femme, gisant sur la plage. Un autre témoin a affirmé qu'un des assaillants criait «Allah Akbar» (Dieu est grand en arabe). Abbas El-Roz, un ressortissant libanais qui séjournait à l'Etoile du Sud, a également raconté que l'un d'eux portait un fusil d'assaut Kalachnikov et une ceinture de grenades.

L'attaque a provoqué des scènes de cohue sur le pont séparant la zone touristique visée, le Quartier France qui marque l'entrée de la vieille ville. Un journaliste de l'AFP a vu une dizaine de personnes, dont une femme blessée, évacués dans un camion militaire alors que plusieurs autres, transportant des mitrailleuses lourdes, se dirigeaient vers le lieu de l'assaut. L'armée ivoirienne contrôlait strictement les personnes quittant la zone. «Les opérations de ratissage se poursuivent, l'hôtel a été sécurisé», a pour sa part indiqué une source policière.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion