Arcelor: une assemblée des actionnaires mouvementée

Publié

Arcelor: une assemblée des actionnaires mouvementée

Les dirigeants sont passés sur le gril. Les actionnaires minoritaires d'Arcelor les ont bombardés de questions car ils s'estimaient lésés.

Après les actionnaires d'ArcelorMittal, lundi matin, c'était au tour de ceux d'Arcelor, l'après-midi, d'entériner la fusion avec Mittal. 97,3% ont appropuvé l'opération, malgré la révision des termes d'échange des actions et la grogne des petits actionnaires.

Ce vote des actionnaires, c’était un peu pour la forme. En effet, la fusion est déjà effective sur le plan opérationnel. Néanmoins, la fusion-absorption (reverse take-over) de Mittal Steel par Arcelor n’est pas complètement achevée sur le plan juridique. Au cours d'une première étape, ArcelorMittal, société ad hoc basée au Luxembourg, a avalé début septembre Mittal Steel après un vote de ses actionnaires en ce sens fin août.

Les actionnaires d'ArcelorMittal, réunis lundi matin en assemblée générale extraordinaire au siège du groupe, ont approuvé la fusion avec Arcelor. La résolution a été approuvée à 99,5% des voix

Echange d'actions "inéquitable"

Dans un deuxième temps, cette société doit être absorbée par Arcelor et l'ensemble rebaptisé ArcelorMittal. C'est ce point que viennent d'approuver les actionnaires d'ArcelorMittal et que doivent ensuite approuver ceux d'Arcelor.

Mais certains actionnaires minoritaires d'Arcelor s'estiment lésés par un changement dans la parité d'échange depuis l'offre initiale. Joseph Kinsch, président du conseil d'administration du groupe, a réaffirmé que cette parité de 7 actions Arcelor pour 8 actions ArcelorMittal, contre 7 pour 11 dans l'offre initiale, était "équitable". Bruno de Kerviler, président de l'Association Actionnaires Arcelor, a pointé quant à lui "la complaisance" et le manque de "rigueur" d'un rapport indépendant du cabinet Mazars approuvant cette parité.

G. G. avec AFP

Mittal a racheté Arcelor en juin 2006 après six mois de bataille féroce. Le rapprochement entre les deux groupes a donné naissance à un véritable géant de l'acier, trois fois plus gros que son principal rival, le japonais Nippon Steel, et employant 320.000 personnes dans le monde.

Ton opinion