Economie – ArcelorMittal cède 50% de Kalagadi

Publié

ÉconomieArcelorMittal cède 50% de Kalagadi

Le numéro 1 mondial de l'acier a signé un accord pour céder 50% du groupe minier sud-africain, Kalagadi Manganese.

ArcelorMittal cède sa participation de 50% dans le groupe minier sud-africain Kalagadi Manganese.

ArcelorMittal cède sa participation de 50% dans le groupe minier sud-africain Kalagadi Manganese.

AFP

Le géant mondial de la sidérurgie et des mines ArcelorMittal a signé un accord pour la vente de sa participation de 50% dans le groupe minier sud-africain Kalagadi Manganese pour «au moins» 447 millions de dollars en cash, a indiqué le groupe dans un communiqué. Le groupe des acheteurs est représenté par Daphne Mashile-Nkosi, la patronne de Kalahari Resources, groupe qui possède déjà 40% de Kalagadi, et «pourrait comprendre certains des actuels actionnaires de Kalahari et/ou des tiers», selon le communiqué.

Société d'exploration et de production de mines de Manganèse dans la région Cap-du-Nord en Afrique du Sud, Kalagadi Manganese détient des droits sur trois exploitations dont les réserves sont estimées à plus de 960 millions de tonnes de minerai de manganèse. À l'issue de la transaction, Daphne Mashile-Nkosi et ses représentés détiendront 50% de Kalagadi, Kalahari détiendra 40% et la société Industrial Development Corporation of South Africa 10%.

ArcelorMittal plombé par une énorme dette

ArcelorMittal, groupe essentiellement sidérurgiste, a fortement augmenté son activité minière ces dernières années afin de sécuriser ses approvisionnements en matières premières. Il se retrouve aujourd'hui à la fois pénalisé par la chute du prix des matières premières et la baisse de l'activité mondiale. Le groupe a essuyé une perte nette de 709 millions de dollars entre juillet et septembre, contre un bénéfice de 659 millions un an plus tôt et affiché un chiffre d'affaires en baisse de 19% à 19,7 milliards de dollars.

Il a ainsi dû revoir à la baisse ses prévisions pour 2012 et a décidé de réduire son dividende. Il est aussi plombé par une énorme dette, qui devait s'élever à 22 milliards de dollars à la fin de l'année «hors ventes d'actifs futurs», expliquait-il lors de ses résultats trimestriels. Deux agences d'évaluation financière sur trois, Moody's et Standard & Poor's, ont classé les titres de dette du groupe en catégorie spéculative. À 11h locales, l'action perdait 1,34% à 11,77 euros à la Bourse de Paris, dans un marché en recul de 0,24%.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion