Cartel de l'acier supposé – ArcelorMittal dans le viseur de la justice

Publié

Cartel de l'acier supposéArcelorMittal dans le viseur de la justice

Le groupe sidérurgique et son concurrent Voestalpine ont confirmé vendredi que leurs locaux en Allemagne avaient aussi été perquisitionnés pour une suspicion d'entente sur les prix.

ArcelorMittal, ThyssenKrupp et Voestalpine, sont soupçonnés par la justice allemande d'avoir participé à un cartel de l'acier. Objectif: s'entendre sur les prix.

ArcelorMittal, ThyssenKrupp et Voestalpine, sont soupçonnés par la justice allemande d'avoir participé à un cartel de l'acier. Objectif: s'entendre sur les prix.

Editpress

«Nous confirmons que l'Office fédéral allemand des cartels a mené une enquête dans les bureaux d'ArcelorMittal au sujet d'ententes anticoncurrentielles présumées entre les acteurs du marché des produits en acier à destination de l'industrie automobile», selon une porte-parole du groupe. De son côté un porte-parole de l'autrichien Voestalpine a confirmé des perquisitions similaires au siège de l'unité allemande du groupe à Munich (sud).

Jeudi soir, l'allemand ThyssenKrupp avait annoncé en premier que les locaux de sa division Steel Europe à Duisbourg (nord-ouest) avaient été perquisitionnés dans cette affaire.
L'Office anticartel a ensuite révélé dans un communiqué que 19 de ses enquêteurs accompagnés de policiers avaient perquisitionné les locaux allemands de «trois entreprises de la branche acier», sans les nommer. Les trois groupes ont tous assuré qu'ils souhaitaient pleinement coopérer avec les enquêteurs.

ThyssenKrupp et Voestalpine avaient déjà été sanctionnés l'an dernier par l'Office anticartel pour avoir fait partie d'un cartel du rail en Allemagne. ThyssenKrupp avait écopé d'une amende de 103 millions d'euros et deux filiales de Voestalpine d'une amende totale de 8,5 millions d'euros. Par ailleurs en décembre la compagnie ferroviaire allemande Deutsche Bahn a porté plainte contre les membres du cartel du rail, réclamant environ 750 millions d'euros de dommages et intérêts selon la presse allemande. Dans la nouvelle affaire de cartel, ThyssenKrupp notamment risque des charges «en centaines de millions d'euros», «en raison de la part importante de ses revenus liés aux clients automobiles», a estimé l'analyste d'Equinet Bank, Stefan Freudenreich.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion