Florange – ArcelorMittal promet de ne pas licencier

Publié

FlorangeArcelorMittal promet de ne pas licencier

FLORANGE - Le sidérurgiste a affirmé mercredi au ministre du Travail français, et à celui de l'Industrie, qu'il n'aurait pas recours à des licenciements sur son site de Florange en Moselle.

«Le groupe ArcelorMittal l'engagement de maintenir les investissements nécessaires au redémarrage du haut-fourneau de Florange dès lors que la demande repartira à la hausse».

«Le groupe ArcelorMittal l'engagement de maintenir les investissements nécessaires au redémarrage du haut-fourneau de Florange dès lors que la demande repartira à la hausse».

AFP

«Le groupe ArcelorMittal a exclu tout recours à des licenciements dans le cadre de cet arrêt temporaire», ont indiqué dans un communiqué les deux ministres, respectivement Xavier Bertrand et Eric Besson, après avoir reçu le directeur général d'ArcelorMittal en France, Hervé Bourrier. Le numéro un mondial de la sidérurgie a décidé de stopper le second haut fourneau de Florange, en raison d'un manque de commandes en acier, alors que la mise en veille du premier a déjà été prolongée au moins jusqu'à la fin de l'année.

À ces annonces, les syndicats avaient fait part de leur crainte d'une fermeture définitive de ces installations sidérurgiques et non d'un arrêt seulement temporaire. «Le groupe ArcelorMittal a pris à cet égard l'engagement de maintenir les investissements nécessaires au redémarrage du haut-fourneau de Florange dès lors que la demande repartira à la hausse», affirme le communiqué ministériel. «Le manque d'activité généré par cette situation sera compensé par des mesures de chômage partiel, associées à d'autres mesures comme la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences», ajoute-t-il.

Par ailleurs, Hervé Bourrier a réaffirmé devant les ministres «l'intérêt» d'ArcelorMittal pour le projet européen ULCOS, qui doit doter le site de Florange d'une unité de captage des émissions de CO2 et donc renforcer la compétitivité du site. Un financement français de 150 millions d'euros a été réservé à ce projet. Outre Florange, ArcelorMittal a également mis en veille un haut-fourneau en Belgique et un en Allemagne. Au plus fort de la crise économique de 2009, le groupe faisait marcher moins de la moitié de ses 25 hauts fourneaux européens.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion