Guerre en Ukraine: L'armée ukrainienne abat les missiles russes

Guerre en UkraineL'armée ukrainienne abat les missiles russes

La Russie a lancé l'assaut sur l'Ukraine le 24 février à l'aube. Depuis, les sanctions contre le pays de Poutine se multiplient et les Ukrainiens, résistant tant bien que mal, subissent la guerre. Suivez la situation en direct.

par
L'essentiel
1 / 592
05.12 Le plafonnement du prix du pétrole russe décidé par les pays occidentaux n’aura pas d’impact sur l’offensive de Moscou en Ukraine, a assuré lundi le Kremlin, mettant en garde contre une «déstabilisation» du marché mondial de l’énergie.

05.12 Le plafonnement du prix du pétrole russe décidé par les pays occidentaux n’aura pas d’impact sur l’offensive de Moscou en Ukraine, a assuré lundi le Kremlin, mettant en garde contre une «déstabilisation» du marché mondial de l’énergie.

AFP
04.12 Emmanuel Macron a annoncé samedi qu’il parlerait «prochainement» avec Vladimir Poutine, sur les questions de sécurité autour du «nucléaire civil» en Ukraine.

04.12 Emmanuel Macron a annoncé samedi qu’il parlerait «prochainement» avec Vladimir Poutine, sur les questions de sécurité autour du «nucléaire civil» en Ukraine.

AFP
03.12.2022 Les forces russes continuent «d'investir une grande partie de leur effort militaire global et de leur puissance de feu le long d'un secteur d'environ 15 km de ligne de front retranchée autour de la ville de Bakhmout», selon le ministère britannique de la Défense.

03.12.2022 Les forces russes continuent «d'investir une grande partie de leur effort militaire global et de leur puissance de feu le long d'un secteur d'environ 15 km de ligne de front retranchée autour de la ville de Bakhmout», selon le ministère britannique de la Défense.

afp

Ton opinion

lundi, 05.12.2022
17:12

Deux bases aériennes attaquées par des drones ukrainiens

Deux bases aériennes russes, situées dans le centre du pays, ont été lundi la cible de drones ukrainiens qui ont fait trois morts, a affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Lundi matin, «le régime de Kiev (...) a tenté d'effectuer des frappes avec des drones de conception soviétique sur la base aérienne de Diaguilevo dans la région de Riazan et celle d'Enguels dans la région de Saratov», indique le communiqué. Trois militaires russes "ont été mortellement blessés" dans ces attaques, selon la même source.

17:05

La défense antiaérienne ukrainienne a abattu lundi «la plupart des missiles» russes

La défense antiaérienne ukrainienne a «abattu la plupart des missiles» tirés par l'armée russe lundi, a assuré le président Volodymyr Zelensky, même si plusieurs impacts ont été enregistrés, provoquant des coupures d'eau et d'électricité.

«La défense antiaérienne a abattu la plupart des missiles. Les ingénieurs en énergie ont déjà commencé à rétablir l'électricité. Notre peuple n'abandonne jamais», a déclaré M. Zelensky sur Instagram.

15:07

Poutine a roulé sur le pont de Crimée, partiellement détruit en octobre

Le président russe Vladimir Poutine s'est rendu sur le pont de Crimée qui avait été partiellement détruit en octobre, sa première visite dans la péninsule annexée depuis le début de l'offensive contre l'Ukraine, a annoncé lundi le Kremlin.

La présidence russe a publié une vidéo montrant M. Poutine au volant d'un véhicule de marque Mercedes en train de rouler sur ce pont qui relie la Crimée, péninsule ukrainienne annexée en 2014 par Moscou, au territoire russe.

Le viaduc, qui enjambe le détroit de Kertch, avait été endommagé en octobre par une puissante explosion attribuée par les autorités russes à un camion piégé par les services secrets ukrainiens.

14:14

Deux morts et des coupures d’eau et d’électricité après des frappes russes

Plusieurs villes ukrainiennes étaient soumises lundi à de nouvelles coupures d’eau et d’électricité après des frappes russes qui ont également fait au moins deux morts, selon les autorités locales et régionales.

Les sirènes d’alertes ont retenti à travers l’Ukraine lundi pour cette nouvelles vague de bombardements en pleines températures hivernales, et qui intervient le jour où entre en vigueur le plafonnement du prix du pétrole russe voulu par les Occidentaux.

Le chef adjoint de l’administration présidentielle ukrainienne a indiqué sur Telegram que les frappes avaient fait au moins deux morts et trois blessés, dont un enfant.

10:37

Le Kremlin jure de continuer l’offensive malgré le plafonnement du brut

Le plafonnement du prix du pétrole russe décidé par les pays occidentaux n’aura pas d’impact sur l’offensive de Moscou en Ukraine, a assuré lundi, le Kremlin, mettant en garde contre une «déstabilisation» du marché mondial de l’énergie.

L’économie russe «a toutes les capacités nécessaires» pour financer l’offensive militaire, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. «De telles mesures n’auront pas d’impact» sur l’intervention, a-t-il insisté. «En revanche, ces mesures auront sans aucun doute un impact sur la stabilité du marché mondial de l’énergie (...) C’est un pas vers leur déstabilisation», a poursuivi M. Peskov, ajoutant que Moscou était en train de «préparer» des mesures de rétorsion.

L’Union européenne, les pays du G7 et l’Australie se sont accordés pour plafonner le prix du pétrole russe, une mesure qui doit entrer en vigueur, à partir de lundi. L’objectif affiché de cette nouvelle sanction est d’assécher une partie des revenus colossaux que Moscou tire de la vente de ses hydrocarbures, et ainsi diminuer sa capacité à financer l’effort de guerre en Ukraine.

dimanche, 04.12.2022
18:00

Il n’y a «pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine

Il n’y a actuellement «pas de solution diplomatique» à la guerre en Ukraine, a estimé dimanche Irina Chtcherbakova, qui a cofondé l’ONG russe de défense des droits de l’homme Memorial, dissoute par les autorités et lauréate du prix Nobel de la Paix 2022.

«Je suis absolument convaincue qu’il n’y a pas de solution diplomatique avec le régime de Poutine, tant qu’il est encore là», a déclaré à Hambourg Irina Chtcherbakova, qui a quitté la Russie après l’invasion de l’Ukraine par les forces russes et réside actuellement en Allemagne.

«La solution qui se présente maintenant est une solution militaire», même si ultérieurement, la diplomatie peut jouer un rôle pour la résolution du conflit, a estimé Mme Chtcherbakova, qui a reçu à Hambourg le prix Marion Doenhoff pour ses années de militantisme en Russie au service de la cause des droits de l’homme.

AFP
11:37

Plus de 500 localités toujours sans électricité

Plus de 500 localités ukrainiennes se trouvaient dimanche toujours sans électricité, à la suite de frappes russes ces dernières semaines qui ont largement endommagé le réseau électrique national, a indiqué un représentant du ministère de l'Intérieur.

«L'ennemi continue d'attaquer les infrastructures essentielles du pays. Actuellement, 507 localités dans huit régions de notre pays sont coupées de l'alimentation électrique», a déclaré à la télévision ukrainienne Yevgueniï Yénine, premier vice-ministre de l'Intérieur.

10:54

«C'est le moment de faire la paix et de calmer Zelensky»

L'ancien candidat souverainiste à la présidentielle française, Nicolas Dupont-Aignan, a estimé dimanche qu'il était temps de «faire la paix» entre l'Ukraine et la Russie. «Je pense qu'aujourd'hui le combat dérive», a déclaré le président du parti Debout la France sur le plateau du Grand rendez-vous (Europe 1/Les Echos/Cnews).

«La France gaullienne devrait prendre ses distances et avoir une position d'arbitre. Car l'objectif de (Volodymyr) Zelensky, ce n'est plus de défendre l'Ukraine, c'est, en sacrifiant son peuple, d'être l'instrument de la destruction de la Russie. Et c'est une très grave erreur», a plaidé M. Dupont-Aignan.

AFP

Assurant que dans ce conflit, débuté en février, «les torts sont beaucoup plus partagés qu'on ne le dit», le député de l'Essonne a affirmé que c'était «le moment d'éviter le suicide de l'Europe». «C'est le moment de faire la paix, de trouver un compromis entre les deux, et de calmer Zelensky», a-t-il insisté.

08:25

Macron parlera bientôt à Poutine

Emmanuel Macron (photo ci-dessous) a annoncé samedi qu’il parlerait «prochainement» avec Vladimir Poutine, sur les questions de sécurité autour du «nucléaire civil» en Ukraine, après s’être d’abord entretenu dimanche avec le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), dans un entretien au quotidien Le Parisien.

Rappelant avoir discuté de la guerre en Ukraine et ses implications «de nombreuses heures» avec le président américain Joe Biden cette semaine, lors de sa visite aux États-Unis, «afin d’avoir un mandat collectif», Emmanuel Macron a indiqué qu’il allait «échanger à nouveau» dimanche avec Rafael Grossi, patron de l’AIEA.

samedi, 03.12.2022
14:30

La Russie «n'acceptera pas» le plafonnement du prix de son pétrole

La Russie a affirmé samedi qu'elle «n'acceptera pas» le plafonnement du prix de son pétrole après que l'Union européenne, le G7 et l'Australie se sont mis d'accord la veille sur un tel mécanisme qui pourrait limiter les moyens de Moscou pour financer son offensive en Ukraine.

«Nous n'accepterons pas ce plafond», a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, cité par les agences russes. Il a toutefois affirmé que Moscou s'était «préparé» en amont «pour un tel plafond», sans donner plus de détails.

14:30

Poutine ira dans le Donbass «en temps voulu»

Vladimir Poutine ira dans le Donbass «en temps voulu», a affirmé samedi le Kremlin, alors que le président russe ne s'est pas encore rendu dans cette zone de l'est de l'Ukraine qu'il a annexée fin septembre, sans toutefois que son armée ne la contrôle entièrement.

«En temps voulu, bien sûr, (une telle visite) se produira. C'est une région de la Russie», a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, interrogé sur un éventuel déplacement prochain de M. Poutine dans le Donbass.

09:26

L’économie russe «sera détruite» par le plafonnement des prix de son pétrole

L’économie russe «sera détruite» par l’introduction prochaine du plafonnement du prix de son baril de pétrole à 60 dollars, après l’accord scellé par les pays de l’UE, du G7 et de l’Australie, a affirmé samedi la présidence ukrainienne.

«Nous atteignons toujours notre objectif et l’économie de la Russie sera détruite, et elle paiera et sera responsable de tous ses crimes», a indiqué sur Telegram le chef de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriï Iermak, selon qui «il aurait toutefois fallu abaisser (le prix plafond) à 30 dollars pour la détruire plus rapidement».

08:47

Moscou cible Bakhmout dans une opération «coûteuse et symbolique»

Les forces russes continuent «d'investir une grande partie de leur effort militaire global et de leur puissance de feu le long d'un secteur d'environ 15 km de ligne de front retranchée autour de la ville de Bakhmout» (photo), dans l'oblast de Donetsk, a indiqué samedi le ministère britannique de la Défense (MoD).

«Le plan de la Russie consiste probablement à encercler la ville par des avancées tactiques au nord et au sud», selon Londres, où Moscou a «très probablement réalisé de petites avancées».

La Russie a fait de Bakhmout sa principale cible depuis début août 2022, estime le MoD. «La capture de la ville aurait une valeur opérationnelle limitée, bien qu'elle permette potentiellement à la Russie de menacer les zones urbaines plus importantes de Kramatorsk et Sloviansk.»

Mais cette opération a été «disproportionnellement coûteuse par rapport à ces possibles gains. Il est tout à fait possible que la prise de Bakhmout soit devenue principalement un objectif symbolique et politique pour la Russie», conclut Londres.

vendredi, 02.12.2022
19:52

L'Ukraine dit avoir reçu à ses ambassades des colis contenant des «yeux d'animaux»

L'Ukraine a affirmé vendredi avoir reçu à plusieurs de ses représentations diplomatiques en Europe des colis contenant des «yeux d'animaux», dénonçant une «campagne planifiée de terreur» de Moscou, deux jours après qu'une lettre piégée eut blessé un de ses employés à Madrid.

«Des colis sanglants sont arrivés aux ambassades en Hongrie, aux Pays-Bas, en Pologne, en Croatie, en Italie, en Autriche, aux consulats généraux de Naples et de Cracovie, et au consulat de Brno», a indiqué dans un communiqué sur Facebook le porte-parole de la diplomatie ukrainienne, Oleg Nikolenko.

«Une campagne bien planifiée de terreur»

«Les colis contenaient des yeux d'animaux», a-t-il détaillé. Avant d'ajouter, sans donner plus de détails: «Les emballages eux-mêmes étaient trempés dans un liquide de couleur spécifique et avaient une odeur similaire».

«Nous avons des raisons de croire qu'une campagne bien planifiée de terreur et d'intimidation des ambassades et consulats ukrainiens est en cours», a fustigé vendredi le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, cité dans le communiqué.

17:30

L'UE s'accorde sur un plafonnement des prix du pétrole russe

Les 27 pays de l'Union européenne ont trouvé vendredi un accord sur le plafonnement à 60 dollars par baril du prix du pétrole russe, outil conçu par les occidentaux pour priver Moscou des moyens de financer sa guerre en Ukraine.

L'accord, qui avait été ficelé jeudi par les ambassadeurs des pays membres de l'UE, coordonnés sur ce dossier avec leurs alliés du G7, notamment les Américains et les Britanniques, ainsi que l'Australie, restait suspendu à la décision de Varsovie, qui a donné son feu vert vendredi soir.

Le mécanisme envisagé prévoit d'imposer un plafond de 60 dollars par baril aux prix du pétrole russe vendu à des États tiers, en complément de l'embargo de l'UE qui entre en vigueur lundi.

12:04

Scholz demande à Poutine le retrait de ses troupes pour permettre une «solution diplomatique»

Le chancelier allemand Olaf Scholz a demandé vendredi au président russe Vladimir Poutine le retrait de ses troupes d’Ukraine pour parvenir à une «solution diplomatique».

Lors d’un entretien téléphonique d’une heure entre les deux dirigeants, M. Scholz «a insisté auprès du président russe pour qu’une solution diplomatique soit trouvée le plus rapidement possible, ce qui implique le retrait des troupes russes», a indiqué dans un communiqué le porte-parole du gouvernement, Steffen Hebestreit.

11:46

Poutine à Scholz: frapper les infrastructures de l’Ukraine est «inévitable»

Le président russe Vladimir Poutine a signifié, vendredi, au chancelier allemand Olaf Scholz, que les frappes massives de la Russie contre l’infrastructure énergétique de l’Ukraine étaient «nécessaires et inévitables», dénonçant en outre la position «destructrice» de l’Occident qui soutient Kiev.

«Il a été souligné que les forces armées russes ont longtemps évité les frappes de missiles de haute précision sur certaines cibles en Ukraine, mais de telles mesures sont devenues nécessaires et inévitables face aux attaques provocatrices de Kiev», a indiqué le Kremlin, dans un communiqué, résumant les propos de Vladimir Poutine à Olaf Scholz, lors de leur premier entretien depuis la mi-septembre.

05:00

L'Europe, «pas assez forte»

La Première ministre finlandaise, Sanna Marin, a dressé vendredi un bilan «très honnête» des capacités de l'Europe, à l'aune de la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine, déclarant sans ambages qu'elle n'est «pas assez forte» pour tenir seule tête à Moscou.

En visite en Australie, la dirigeante du pays candidat à l'adhésion à l'OTAN a souligné que l'invasion et l'occupation de l'Ukraine voisine par la Russie ont révélé les faiblesses et les erreurs stratégiques de l'Europe face à Moscou.

«Je dois être très honnête (....) avec vous, l'Europe n'est pas assez forte en ce moment, nous serions en difficulté sans les Etats-Unis», a-t-elle pointé auprès du Lowy Institute, un groupe de réflexion basé à Sydney. Mme Marin a insisté sur le fait que l'Ukraine devait être aidée par «tous les moyens», ajoutant que les Etats-Unis ont joué un rôle central dans l'approvisionnement de Kiev en armes, en moyens financiers et en aide humanitaire nécessaires pour freiner l'avancée de la Russie.

02:00

Jusqu'à 13 000 militaires ukrainiens tués depuis l'invasion russe (conseiller de Zelensky)

Un maximum de 13 000 militaires ukrainiens ont été tués depuis l'invasion de leur pays par la Russie en février, a affirmé jeudi un conseiller du président ukrainien, Volodymyr Zelensky.

«Nous avons des estimations officielles de la part de l'état-major (...) Elles vont de 10 000 (...) à 13 000 morts», a précisé Mykhailo Podolyak, l'un des conseillers de M. Zelensky, sur la chaîne ukrainienne Channel 24. Selon lui, le chef de l'Etat rendra publiques les données officielles «lorsque le temps sera venu».

jeudi, 01.12.2022
16:23

Plus de 1 300 prisonniers ukrainiens libérés

Plus de 1 300 prisonniers ukrainiens ont été libérés lors d’échanges avec la Russie, depuis le début de la guerre en février, a annoncé jeudi, le président Volodymyr Zelensky, après un nouvel échange entre Kiev et Moscou.

«Nous ne nous arrêterons pas tant que nous ne (les) aurons pas tous récupérés. Après l’échange d’aujourd’hui, ce sont déjà 1 319 héros qui sont rentrés chez eux», s’est félicité le président ukrainien, sur Telegram.

Selon son chef de cabinet, Andriï Iermak, «50 défenseurs de l’Ukraine ont été libérés» jeudi, dont des «défenseurs de Marioupol et d’Azovstal», l’aciérie de cette ville portuaire du sud de l’Ukraine pilonnée au printemps par l’armée russe avant de tomber. Fin octobre, un échange de prisonniers ukrainiens avait déjà eu lieu.