Affaire au Gabon: Arrêté à la frontière avec trois valises remplies de billets

Publié

Affaire au GabonArrêté à la frontière avec trois valises remplies de billets

Un ex-président de l'Assemblée nationale au Gabon, chef d'un parti d'opposition, a été arrêté samedi à la frontière, en rentrant du Congo avec trois valises remplies de billets, pour près de deux millions d'euros.

Un ex-président de l'Assemblée nationale au Gabon, chef d'un parti d'opposition, a été arrêté samedi à la frontière, en rentrant du Congo avec trois valises remplies de billets représentant près de deux millions d'euros, a appris l'AFP dimanche de sources judiciaires. Guy Nzouba-Ndama, 76 ans et président 19 années durant de la chambre basse du Parlement, en avait démissionné en mars 2016 avec fracas, un mois avant de se présenter à la présidentielle contre le chef de l'État, Ali Bongo Ondimba, puis de rallier son rival Jean Ping, battu de quelques points de pourcentage par le sortant.

Son arrestation survient 10 mois avant la présidentielle d'août 2023, pour laquelle M. Nzouba-Ndama fait figure de potentiel candidat. Président du parti Les Démocrates, il «a été interpellé hier (dimanche) à Kabala, dans l'est, peu après avoir franchi la frontière en provenance du Congo», a indiqué à l'AFP un responsable du parquet de Franceville (est), qui a requis l'anonymat.

La somme doit être déclarée

M. Nzouba-Ndama avait «éveillé les soupçons des douaniers en refusant de soumettre ses bagages à leur contrôle, ils ont prévenu les gendarmes qui ont arrêté son véhicule quelques kilomètres plus loin», selon le magistrat. Les militaires «ont fouillé ses bagages et découvert 1 190.000 000 FCFA en billets de banque dans trois valises» (environ 1,9 millions d'euros), selon cette source, information confirmée par un autre magistrat et un haut responsable du gouvernement.

Une vidéo montrant la fouille en présence de M. Nzouba-Ndama est devenue virale sur les réseaux sociaux. Il n'est pas interdit de passer d'un pays de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale (CEMAC, dont font partie Gabon et Congo) avec une quelconque somme d'argent mais «elle doit être déclarée aux douanes et son possesseur doit en justifier la provenance et la destination dans le cadre des règles sur la lutte contre le blanchiment des capitaux ou le financement du terrorisme», selon les deux magistrats.

M. Nzouba Ndama «est entendu en garde à vue à Franceville par la Direction générale des Recherches (DGR) de la gendarmerie, dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet sur la provenance et la destination de ces fonds», a annoncé dimanche en fin d'après-midi l'une des deux sources. Fidèle du président Omar Bongo Ondimba, qui régna près de 42 ans (1967-2009) sans partage sur ce petit État d'Afrique centrale riche de son pétrole, M. Nzouba-Ndama a continué de diriger l'Assemblée nationale sous le mandat de son fils Ali Bongo Ondimba jusqu'à sa démission en mars 2016.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires