Iran – Assassinat d'un scientifique: Rohani menace Israël

Publié

IranAssassinat d'un scientifique: Rohani menace Israël

L’Iran, par l’intermédiaire de son président Hassan Rohani, a accusé le «mercenaire» Israël d’avoir tué un de ses ingénieurs nucléaires.

Le président iranien a traité son ennemi israélien de «mercenaire» et les États-Unis «d’arrogance mondiale».

Le président iranien a traité son ennemi israélien de «mercenaire» et les États-Unis «d’arrogance mondiale».

AFP

«La nation iranienne est trop intelligente pour tomber dans le piège de la conspiration mise en place par les Sionistes. Ils veulent créer le chaos mais ils devraient savoir que nous les avons démasqués et qu'ils ne réussiront pas», a indiqué M. Rohani lors d'une intervention télévisée. Il s'exprimait au lendemain de l'assassinat près de Téhéran de Mohsen Fakhrizadeh, scientifique de haut rang dans le programme nucléaire iranien.

Dans un communiqué diffusé en amont de son intervention télévisée, le président iranien avait accusé son ennemi juré Israël d'avoir agi comme «mercenaire» des États-Unis pour cet assassinat. «Les ennemis de l'Iran devraient savoir que la bravoure du peuple et des responsables iraniens est telle que cet acte criminel ne restera pas sans conséquence», a prévenu M. Rohani à la télévision, lors de la réunion hebdomadaire consacrée à la lutte contre la pandémie de coronavirus.

«Nos ennemis sentent leur pression faiblir»

«En temps et en heure, ils répondront de ce crime», a-t-il affirmé. Mohsen Fakhrizadeh, 59 ans, a succombé à ses blessures après l'attaque menée contre sa voiture avec un véhicule chargé d'explosifs et des tirs d'assaillants, pris à partie par ses gardes du corps, a annoncé vendredi le ministère de la Défense, précisant que le scientifique était chef du département recherche et innovation du ministère.

«Cet assassinat barbare montre que nos ennemis vivent des semaines difficiles au cours desquelles ils sentent (...) leur pression faiblir, la situation mondiale changer», a encore relevé M. Rohani. Les ennemis de l'Iran «veulent profiter au maximum (...) de ces quelques semaines» de façon à «créer une situation incertaine dans la région», a-t-il poursuivi, sans autre détail.

Cet assassinat intervient moins de deux mois avant l'investiture du démocrate Joe Biden à la présidence des États-Unis. Il entend changer de posture vis-à-vis de l'Iran après les quatre années de présidence Trump, qui s'est retiré en 2018 de l'accord sur le programme nucléaire iranien signé trois ans plus tôt. Les États-Unis, dans le cadre de leur politique de «pression maximale», ont ensuite rétabli puis durci les sanctions contre l'Iran.

(L'essentiel/afp)

«Punir les responsables»

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, a appelé samedi à «punir» les responsables de l'assassinat, la veille, de l'un des plus éminents scientifiques iraniens dans le domaine du nucléaire. L'ayatollah a plaidé pour que «suite soit donnée à ce crime et, à coup sûr, pour punir les auteurs et les responsables et (...) pour continuer les efforts scientifiques et techniques de ce martyr dans tous les domaines où il travaillait», selon un communiqué publié sur son site officiel.

Ton opinion