Crise en Irak – Asselborn appelle à une intervention militaire

Publié

Crise en IrakAsselborn appelle à une intervention militaire

LUXEMBOURG - Pour le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, seul une intervention militaire peut arrêter les terroristes en Irak.

Jean Asselborn (au centre), a notamment discuté avec ses homologues belges Didier Reynders (à gauche) et français Laurent Fabius.

Jean Asselborn (au centre), a notamment discuté avec ses homologues belges Didier Reynders (à gauche) et français Laurent Fabius.

AFP/af

«Nous ne pouvons pas fermer les yeux et attendre la fin de la tempête». Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asslborn (LSAP), a mis ses homologues en garde contre les dangers des milices terroristes en Irak, lors d'une réunion à Bruxelles. La brutalité et la cruauté des djihadistes dans cette région serait sans précédent.

Jean Asselborn craint par ailleurs que les combattants islamistes actuellement actifs dans le nord de l'Irak et en Syrie élargissent leur zone de combat. L'organisation terroriste représente donc aussi un grave problème pour les pays occidentaux. La réunion des ministres européens des Affaires étrangères avait déjà accepté de soutenir les réfugiés dans le nord de l'Irak, avec de l'aide humanitaire. Le Luxembourg participe également, dans le cadre de l'ONU, à la distribution de cette aide, a indiqué Jean Asselborn.

C'est bien, selon le Luxembourgeois, mais cela ne suffit pas. Il appelle également à une aide militaire. «C'est le seul moyen que nous avons pour arrêter les atrocités», a affirmé Jean Asselborn. Les pays de l'Union européenne qui le peuvent doivent intervenir. Mais le ministre des Affaires étrangères mise aussi sur le gouvernement irakien. Le Premier ministre désigné, Haïdar Al-Abadi, doit former un gouvernement qui englobe tous les groupes ethniques irakiens.

Un «massacre» commis par les djihadistes

Des djihadistes ont tué des dizaines de personnes, en majorité des membres de la minorité yazidie, dans le village irakien de Kocho (nord), ont indiqué samedi un témoin et des responsables qui ont évoqué un «massacre». Quelque 80 personnes auraient été tuées, selon plusieurs sources.

Ton opinion