Au Kazakhstan – Astana va bien être renommée Noursoultan

Publié

Au KazakhstanAstana va bien être renommée Noursoultan

Le Parlement kazakh a validé mercredi le changement de nom de la capitale, pour rendre hommage à l'ancien président, Noursoultan Nazarbaïev, qui a démissionné.

Astana prendra le nom de son désormais ancien président, Noursoultan Nazarbaïev.

Astana prendra le nom de son désormais ancien président, Noursoultan Nazarbaïev.

AFP/Leon Neal

Le Parlement kazakh a approuvé mercredi la proposition du nouveau président par intérim, Kassym-Jomart Tokaïevde, renommer la capitale du pays, Astana, du prénom de son prédécesseur Noursoultan Nazarbaïev, l'homme fort qui a démissionné la veille après près de 30 ans de pouvoir. «Astana est désormais officiellement renommé Noursoultan», a rapporté l'agence de presse d'État Kazinform. Le prénom de l'ex-président signifie «Sultan de lumière».

Nommée successivement Akmolinsk, Tselinograd, Akmola puis Astana, la ville s'est modernisée sur la volonté de Noursoultan Nazarbaïev. Elle est devenue la capitale du pays en 1997, à la place d'Almaty, située 1 000 kilomètres plus au sud. Construite à grands frais sur d'anciens marécages, la capitale kazakhe compte d'imposants gratte-ciel ultramodernes fendant l'horizon et a accueilli ces dernières années de nombreuses rencontres diplomatiques. La ville est au cœur de la propagande étatique sur les réalisations de M. Nazarbaïev. Le mot «Astana» veut dire littéralement «capitale» et des rumeurs affirmaient de longue date que la ville pourrait être renommée du nom de celui qui l'a transformée.

Noursoultan Nazarbaïev a pris la tête du Kazakhstan alors que celui-ci était encore une république soviétique en 1989, en tant que premier secrétaire du Parti communiste, et avait conservé le pouvoir après son indépendance en 1991. Réélu à quatre reprises à une majorité écrasante lors d'élections jamais reconnues comme libres et justes par les observateurs internationaux, il a exercé un contrôle total sur le pays pendant près de trois décennies.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion