Ukraine/Russie – «Attaquer un pays souverain n'est plus tolérable en 2022»

Publié

Ukraine/Russie«Attaquer un pays souverain n'est plus tolérable en 2022»

LUXEMBOURG - Un «risque de guerre régionale en Ukraine», mobilisation de soldats, impact sur l'économie, le ministre de la Défense, François Bausch, fait le point.

Le ministre luxembourgeois de la Défense, François Bausch, à la sortie d'une réunion de l'OTAN.

Le ministre luxembourgeois de la Défense, François Bausch, à la sortie d'une réunion de l'OTAN.

AFP

L'essentiel: Que pensez-vous du conflit en Ukraine?

François Bausch: Ça se présente mal, mais j'ai toujours espoir que la diplomatie reprenne le dessus. Je me sens propulsé 50 ans en arrière, au moment de la guerre froide. Il ne faut pas exagérer en évoquant une guerre mondiale, mais il y a un risque de guerre régionale avec des répercussions internationales. Dans un monde globalisé, tout conflit de cet ampleur à des conséquences, c'est pourquoi il faut l'éviter.

NDLR: l'interview a été réalisée avant l'attaque russe sur l'Ukraine.

Y compris au Luxembourg?

Évidemment, le Luxembourg est totalement dépendant de la situation internationale. Nous sommes un pays ouvert sur l’extérieur. Prenez les prix de l'énergie, l'impact est énorme. C'est pourquoi il est important de développer les énergies renouvelables (soleil, vent, eau). D'abord pour des raisons écologiques, mais aussi pour être moins dépendants de pays qui n'ont pas les mêmes valeurs démocratiques.

La Russie est le deuxième fournisseur de gaz au Luxembourg...

Le robinet de gaz ne sera pas complètement fermé, mais nous essayons de diversifier nos approvisionnements. Cela dit, un fournisseur de moins nous amène à être dépendant d'autres, notamment en matière de prix.

Nos intérêts économiques vont-ils influencer notre position?

Le Luxembourg a toujours intérêt à jouer un rôle de médiateur. Le fait d'être petit est un avantage. Contrairement aux grandes puissances, qui ont d'autres intérêts, nous ne provoquons pas de suspicion à la table des négociations. Qui plus est, nous connaissons les cultures française, allemande, anglophone. Mais il faut être clair: attaquer un pays souverain et élargir son territoire par l'agression n'est plus tolérable en 2022.

Les investissements financiers russes sont importants au Luxembourg...

Forcément, en tant que place financière, les liens sont partout. Si la Russie était exclue du système Swift (Coopérative créée en 1973 à l'initiative de 239 banques pour faciliter les transferts d'argent dans le monde), le fonctionnement de la place serait entravé. Mais il faut parfois accepter certains inconvénients plutôt que de laisser passer une telle agression. Ce serait un mauvais exemple à donner.

Le Luxembourg est membre de l'OTAN. Des soldats seront-ils déployés?

Oui, mais pas pour intervenir directement. Il s'agit de sécuriser les frontières autour de l'Ukraine. L'OTAN a pour projet de mobiliser des troupes notamment en Roumanie, en Bulgarie ou encore dans les pays Baltes, qui ont peur. Et je les comprends.

Souhaitez-vous que l'Ukraine entre dans l'OTAN?

C'est à elle de décider. Toutefois, un pays membre doit garantir certains standards. Le fait de provoquer l'adhésion en 2008 n'était pas une bonne idée. L'OTAN est une organisation de défense, mais je peux comprendre la Russie qui a une frontière et un territoire souverain à protéger. Bien-sûr, cela ne justifie pas ce que Poutine fait aujourd'hui...

La défense européenne, vous êtes pour?

Oui, car c’est plus efficace et moins cher. En rassemblant nos forces, nous pouvons mieux cibler, mieux acheter et mieux les utiliser. Une approche unifiée est dans l'intérêt de l'Union européenne, de l'OTAN, de tout le monde en réalité.

(Recueilli par Thomas Holzer)

Ton opinion