Télévision en France : Attentat de Nice: la chronique d'une humoriste crée le malaise

Publié

Télévision en France Attentat de Nice: la chronique d'une humoriste crée le malaise

L’humoriste Alexandra Pizzagali s'est essayée à l’humour noir, en défendant l’auteur des attentats de Nice. Une séquence qui a amené France Télévisions à présenter ses excuses.

L’humoriste française Alexandra Pizzagali a tenté l’humour noir en défendant l’auteur de l'attentat de Nice, lundi dans l'émission «Télématin» (France 2).

«Mohamed Lahouaiej Bouhlel (le terroriste responsable de la mort de 86 personnes le 14 juillet 2016, NDLR). Aucun effort de fait sur la prononciation de son nom. En même temps, en a-t-il fait pour respecter le code la route? Je ne crois pas», commence-t-elle, avant d’enchaîner. «Amateur de salsa et de musculation – pardonnez-moi mais cela ressemble pas mal à mon homme idéal – il semblerait qu’on soit sur le portrait d’un Ricky Martin de la Côte d’Azur, on valide. Il était également un mari extrêmement violent, obsédé sexuel et zoophile. Mari extrêmement violent… Elle l’avait peut-être cherché? En ratant une cuisson ou en donnant son avis. Obsédé sexuel, chacun ses hobbies. Après tout, il y en a bien qui regarde ''Télématin''. Zoophile, en même temps à Nice, il n’y a que des vieilles et des chihuahuas, on a le droit de vouloir s’envoyer quelqu’un qui a des dents».

Problème: la séquence, qui a démarré par un problème de prompteur, n'a déclenché aucun rire sur le plateau. Un peu plus loin, c’est finalement… la publicité qui a ruiné les efforts de la chroniqueuse, en se lançant avant la fin du sketch. De retour à l’antenne, Alexandra Pizzagali s’est adressée aux téléspectateurs sur «un ton nettement plus premier degré». «Je conclus en m’adressant aux victimes, à leurs familles, leurs proches, aux Niçois. On pense à vous et on sera avec vous tout au long de ce procès. Vous méritez d’être entendus».

Alors, censure ou erreur de la régie technique qui a appuyé trop tôt sur le bouton pour lancer la pub?, se demande Le Parisien. L'humoriste indique sur Instagram qu'il n'y a pas eu de censure, tout comme France Télévisions, que notre confrère a interrogé.

Selon le quotidien, la chronique a été relue par les responsables de l’émission qui ont émis des réserves. Alexandra Pizzagali n’en aurait pas tenu compte et pourrait être privée d’antenne la semaine prochaine et les suivantes.

À noter que la direction de France Télévisions a tenu à s’excuser sur Twitter. «France Télévisions et les équipes de ''Télématin'' regrettent qu’une chronique à vocation humoristique ait heurté à juste titre de nombreux téléspectateurs. Nous présentons nos excuses et exprimons notre solidarité avec les victimes de l’attentat de Nice et leurs proches».

(L'essentiel)

Ton opinion

6 commentaires