Concours au Luxembourg – Au doux rythme des percussions

Publié

Concours au LuxembourgAu doux rythme des percussions

LUXEMBOURG - Le Concours international de Percussion a lieu cette semaine au Conservatoire.

Répartis en trois quatuors, les jeunes musiciens ont eu l'occasion de se mesurer à huit autres groupes venus des quatre coins de l'Europe et même d'Asie.

Répartis en trois quatuors, les jeunes musiciens ont eu l'occasion de se mesurer à huit autres groupes venus des quatre coins de l'Europe et même d'Asie.

dr

«Les percussions sont les premiers instruments que l'homme a inventés», résume, sourire en coin, Max Duchscher, 22 ans. Une affirmation qui justifie à elle seule sa préférence par rapport à n'importe quel autre instrument à vent ou à cordes. Comme onze autres jeunes Luxembourgeois, Max a participé cette semaine au Concours international de Percussion, au Conservatoire de Luxembourg.

Répartis en trois quatuors, les jeunes musiciens ont eu l'occasion de se mesurer à huit autres groupes venus des quatre coins de l'Europe et même d'Asie. Les locaux ne disputeront pas la finale qui a lieu dimanche, à 15 h. Mais ils ont pu démontrer leurs qualités lors de prestations endiablées de 20 minutes, au rythme des timbales, claviers et autres caisses claires. En quatuor, tout repose sur la cohésion. «Quand on joue en solo, il suffit de se concentrer sur sa partition. Ici, tout est plus compliqué», raconte Frank Wagner, 22 ans.

La capacité de chacun à proposer du spectacle n'est pas non plus à négliger dans ce type de concours. «Il est normal de réaliser des choses hors du commun», pense Max. Aux percussions, les figures imposées côtoient la plus grande liberté. «On peut jouer n'importe quel genre, avec n'importe quel objet susceptible de faire du bruit», résume le jeune mélomane.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion