Faites-vous plaisir – Au Luxembourg, la bière reste une vraie religion

Publié

Faites-vous plaisirAu Luxembourg, la bière reste une vraie religion

LUXEMBOURG - Les beaux jours revenus, l'envie de déguster une bière fraîche en terrasse est tenace. Cela tombe bien, au Luxembourg, il y a de quoi faire!

400 000  hectolitres sont écoulés chaque année au Grand-Duché.

400 000 hectolitres sont écoulés chaque année au Grand-Duché.

Editpress

Les premières traces d'une activité brassicole au Grand-Duché remontent à 500 ans, sur les rives de Clausen. Si on comptait encore une trentaine de brasseries et microbrasseries dans le pays à la fin du XIXe siècle, elles sont dorénavant une dizaine de nos jours.

Sur les 400 000 hectolitres écoulés chaque année au Grand-Duché, elles en produisent un peu plus de la moitié. Une production brassicole qui s'exporte également, principalement dans toute la Grande Région. Les Luxembourgeois consomment ainsi 85 litres de bière par an, ce qui vient les positionner à la 10e place au niveau européen, dans un classement dominé par les Tchèques (environ 145 litres/an).

En matière de goûts, le marché luxembourgeois est ultradominé par la Pils, une bière blonde et légère de tradition allemande. Mais les brasseurs nationaux, qui veulent toucher d'autres consommateurs que ceux «traditionnels» dans un marché arrivé à maturité, explorent aussi d'autres terrains. À l'instar de Battin, qui développe sa gamme de bières spéciales (Extra, Fruitée puis récemment Blanche).

L'autre grosse pointure de l'industrie nationale, Brasserie de Luxembourg Diekirch-Mousel, n'est pas en reste. L'entreprise a en effet ressorti une vieille recette de ses cartons, celle de la Diekirch Réserve, une bière ambrée et raffinée créée pour le mariage du Grand-Duc Jean et de la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte en 1953.

Autre «monument» du secteur, Brasserie Simon, qui s'appuie sur ses microbrasseries. Elle a aussi pris ce parti avec par exemple Ourdaller Wëllen et Waïssen. C'est toute cette «diversité de l'art brassicole» que la Confrérie Gambrinus qui rassemble des passionnés s'efforce de propager... La bière n'a pas certainement fini de couler au Grand-Duché!

Mathieu Vacon et Patrick Théry

La bière est toujours peu taxée

Le Luxembourg, Malte, la Bulgarie, l'Allemagne et la République tchèque figurent au palmarès des pays d'Europe où la bière est la moins taxée. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles il s'en vend tant au Grand-Duché. Une partie est exportée vers les pays limitrophes, comme le café ou le tabac.

Des productions presque confidentielles

BIÈRE CLAUSEL - Produite dans les locaux historiques de la brasserie Mousel, à Clausen, la bière Clausel ne peut être dégustée que dans peu d'établissements au Grand-Duché. Très peu alcoolisée, elle renvoie un goût de céréales et de houblon très prononcé.

BEIERHAASCHT - Ultraconfidentielle, la Beierhaascht est produite à Bascharage, dans le restaurant du même nom. Seuls 630 hectolitres par an sont écoulés. Plus amère que les autres bières du marché, la Beierhaascht se boit aussi ambrée.

DEN HEISCHTER - Cette bière blanche est produite à Heiderscheid, dans les Ardennes luxembourgeoises, et elle est vendue exclusivement au restaurant Den Heischter. Brassée en très petite quantité, elle commence à trouver son public.

Ton opinion