Cambodge: Au milieu des rizières, une «maison avion» capte les curieux

Publié

CambodgeAu milieu des rizières, une «maison avion» capte les curieux

Un Cambodgien s'est construit une maison en forme d'avion, qui attire les curieux. Accomplir ce rêve de gosse lui a coûté 30 ans d'économies.

1 / 5
Un Cambodgien s'est construit une maison en forme d'avion.

Un Cambodgien s'est construit une maison en forme d'avion.

AFP
Elle attire les curieux. Les touristes étrangers payent un dollar pour la visiter, les locaux déboursent la moitié.

Elle attire les curieux. Les touristes étrangers payent un dollar pour la visiter, les locaux déboursent la moitié.

AFP
Accomplir ce rêve de gosse lui a coûté 30 ans d'économies.

Accomplir ce rêve de gosse lui a coûté 30 ans d'économies.

AFP

Vivre dans un jet quand on naît dans l'un des pays les plus pauvres d'Asie: un Cambodgien féru d'aviation a accompli son rêve, en construisant à la force de ses bras sa maison en forme d'avion privé, qui attire les visiteurs. La maison de Chrach Peou, suspendue à six mètres du sol par des pilotis qui ressemblent à des trains d'atterrissage, se trouve au milieu des rizières, non loin de Siem Reap (ouest), ville touristique proche des célèbres temples d'Angkor.

Cet ouvrier du bâtiment, âgé de 43 ans, a mis près d'un an à construire son originale résidence – deux chambres, deux salles d'eau, un faux cockpit et deux petites ailes – où habitent avec lui ses trois enfants. Son coût: plus de 18 500 euros, soit l'équivalent de trente ans d'économies. «C'est mon rêve depuis que je suis petit. C'est à moi, je suis si heureux», sourit Peou.

«C'est magnifique»

Il s'est inspiré de jets privés de millionnaires qu'il a pu voir sur YouTube pour en dessiner les plans. Certains villageois étaient sceptiques de son «idée folle», se souvient-il. «Si ma femme était toujours parmi nous, c'est sûr qu'elle aurait été contre», a admis celui qui a perdu sa compagne il y a dix ans. Aujourd'hui, Peou essaye de développer un jardin de fleurs autour de sa maison, devenue un site touristique inattendu dans le coin.

Il fait payer un dollar aux étrangers curieux, et la moitié aux locaux. «C'est magnifique, attrayant, il y a des palmiers tout autour», a déclaré Kim Muoy, 28 ans, venue visiter le curieux oiseau de béton avec sa famille. Peou rêve de pouvoir s'envoler pour de vrai, un jour. «Quand j'aurai l'argent et que je saurai où aller, je prendrai l'avion pour y aller», confie-t-il.

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires