Commission de l'ONU – Au moins 247 morts en Côte d'Ivoire

Publié

Commission de l'ONUAu moins 247 morts en Côte d'Ivoire

Selon la Commission des droits de l'homme de l'ONU rendue vendredi, les violences en Côte d'Ivoire depuis le second tour de l'élection présidentielle ont fait au moins 247 morts et 49 disparus.

Depuis l'élection, le président sortant Laurent Gbagbo et son rival Alassane Ouattara revendiquent tous deux la victoire. Récemment, quatre civils et sept policiers ont été tués dans un quartier de banlieue d'Abidjan, à Abobo. L'ONU annonce d'ores et déjà 247 morts et 49 disparus.

L'ONU estime que les victimes ont été en majorité tuées par les forces de sécurité de Gbagbo et des militaires alliés. Quelques fosses communes présumées ne sont toujours pas accessibles selon les Nations Unies. «Il s'agirait d'une fosse commune contenant de nombreux corps. C'est tout ce que nous savons à ce stade», précise Rupert Colville à propos de la fosse d'Issia.

«Des officiers de l'Onuci se sont rendus sur place le lendemain, le 11 janvier, pour enquêter, mais ils n'ont pas été en mesure de retrouver le fosse présumée et n'ont de ce fait pas pu confirmer son existence», a déclaré le porte-parole. «Ils ont tenté à deux reprises d'atteindre les autres fosses communes présumées. Chaque fois, les forces de sécurité (de Laurent Gbagbo) les en ont empêché. Mais il est évident que devant des accusations aussi graves, vous ne renoncez pas».

L'essentiel online avec agences

Gel des avoirs du camp Gbagbo

Par ailleurs, l'Union européenne a décidé vendredi le gel des avoirs en Europe de Laurent Gbagbo et de 84 proches de son clan en raison de son refus de céder le pouvoir au président ivoirien reconnu par la communauté internationale, Alassane Ouattara, selon des sources diplomatiques. L'Union européenne a également décidé le gel des avoirs de "11 entités" économiques notamment dans le secteur portuaire et des médias, a-t-on précisé de même source. Ces 85 personnes sont en même temps interdites de visa dans toute l'UE, selon des diplomates. Ces sanctions s'ajoutent à une première liste de personnes frappées d'interdiction de visa dans l'Union européenne, sur laquelle figuraient déjà 59 personnes dont le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo et son épouse, adoptée fin décembre.

Ton opinion