Tunisie – Au moins 35 morts après les violences

Publié

TunisieAu moins 35 morts après les violences

Le nombre de morts dans les émeutes en Tunisie s'élève à au moins 35, après les violences du week-end dans des localités du centre-ouest du pays. Le président Ben Ali peine à convaincre les manifestants.

«Le chiffre de 35 morts s'appuie sur une liste nominative», a déclaré la présidente de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) Souhayr Belhassen.. «Mais le nombre total des victimes est plus important. Ça tourne autour de la cinquantaine, mais c'est une évaluation», a-t-elle dit. Le bilan humain de cette révolte sociale, enclenchée le 17 décembre après l'immolation par le feu d'un jeune Tunisien de 26 ans, a «tragiquement augmenté» après les manifestations pendant le week-end dans les localités de Regeb, Thala et Kasserine, a-t-elle ajouté.

De son côté, le président Zine El Abidine Ben Ali s'est engagé lundi à créer plus d'emplois d'ici 2012 pour juguler le chômage, à l'origine d'une crise sans précédent en Tunisie et dénoncé «des actes terroristes» à propos des affrontements meurtriers survenus la veille dans le centre-ouest.

Il compare manifestants et terroristes

«Nous avons décidé de multiplier les capacités d'emploi et la création de sources de revenus (...) dans tous les secteurs durant les années 2011 et 2012», a-t-il dit dans un discours télévisé, annonçant 300 000 emplois en plus de 50 000 autres promis par le patronat pour les régions.

«Cet effort permettra de résorber, avant la fin de 2012, oui, avant la fin 2012, je m'y engage, tous les diplômés du supérieur dont la durée de chômage aura dépassé les deux ans», a-t-il promis. Ceci, permettra «l'embauche du plus grand nombre de chômeurs, autres que les diplômés du supérieur et parmi les sans-emploi de toutes les catégories et de toutes les régions», a-t-il assuré. Le président Ben Ali a dans le même temps dénoncé des «actes terroristes impardonnables perpétrés par des voyous cagoulés» dans le centre-ouest du pays, théâtre d'émeutes.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion