Yémen – Au moins 60 morts dans un attentat suicide

Publié

YémenAu moins 60 morts dans un attentat suicide

Soixante personnes au moins ont été tuées dans un attentat suicide lundi matin contre un centre de recrutement de l'armée à Aden, grande ville du sud du Yémen.

Yemeni security forces take part in a raid in Ja'awla a northern neighbourhood of the southern Yemeni city of Aden where they found an underground storage reportedly used by rebels to store weapons and ammunition on August 16, 2016. 
Yemeni authorities have trained hundreds of soldiers in Aden over the past two months to retake the nearby province of Abyan. / AFP PHOTO / SALEH AL-OBEIDI

Yemeni security forces take part in a raid in Ja'awla a northern neighbourhood of the southern Yemeni city of Aden where they found an underground storage reportedly used by rebels to store weapons and ammunition on August 16, 2016.
Yemeni authorities have trained hundreds of soldiers in Aden over the past two months to retake the nearby province of Abyan. / AFP PHOTO / SALEH AL-OBEIDI

AFP/Saleh Al-obeidi

Le kamikaze a fait exploser sa voiture au milieu d'un rassemblement de nouvelles recrues devant une école du nord de la ville, a indiqué un responsable des services de sécurité. Après avoir donné un premier bilan de 11 morts, il a indiqué qu'au moins 60 personnes au total avaient péri dans l'attentat et de nombreuses autres ont été blessées.

Le responsable de la sécurité a ajouté que l'explosion s'était produite devant l'école «Sanafir» du quartier Mouammar Kadhafi, du nom de l'ancien dirigeant libyen, à la sortie nord de la ville d'Aden. Aden, reprise en juillet 2015 aux rebelles chiites Houthis et déclarée «capitale provisoire» du Yémen, a connu depuis de nombreux attentats contre les forces de l'ordre et des responsables politiques, dont certains ont été revendiqués par les groupes jihadistes comme Al-Qaïda ou le groupe État islamique (EI). Le dernier de ces attentats s'était produit le 20 juillet. Il avait coûté la vie à quatre policiers et avait été revendiqué par l'EI.

Tensions depuis mars 2015

Le 6 juillet, les forces gouvernementales, soutenues par une coalition militaire arabe, avaient délogé des jihadistes d'une base militaire d'Aden contre laquelle ils avaient perpétré un double attentat puis lancé un assaut. Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) avait revendiqué le double attentat suicide et le raid qui avait suivi contre la base jouxtant l'aéroport international, tuant dix soldats. En mai, l'EI avait revendiqué des attentats particulièrement meurtriers: une double attaque contre des recrues de l'armée et une base militaire à Aden (41 morts) et un attentat suicide contre de jeunes recrues de la police dans le sud-est, à Moukalla (41 morts).

Profitant du conflit armé opposant depuis mars 2015 les forces gouvernementales à des rebelles chiites, les jihadistes d'Al-Qaïda et leurs rivaux de l'EI ont renforcé leur influence dans le sud et le sud-est du Yémen. Les rebelles chiites Houthis, soutenus par l'Iran, contrôlent la capitale Sanaa et de larges portions du nord du Yémen, alors que les forces gouvernementales sont présentes dans le sud et sont appuyées par une coalition conduite par l'Arabie saoudite. Dans le sud en général, les forces gouvernementales ont mené depuis mars des opérations qui ont permis de reprendre de nombreuses villes et localités aux jihadistes. Les États-Unis considèrent Aqpa comme la branche la plus dangereuse d'Al-Qaïda et mènent régulièrement des frappes aériennes, souvent par drones, contre ses chefs et ses combattants au Yémen.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion