Au Luxembourg – Aucun site d’ArcelorMittal ne sera supprimé

Publié

Au LuxembourgAucun site d’ArcelorMittal ne sera supprimé

LUXEMBOURG - En attendant une probable tripartite, un groupe de travail évaluera la situation d'ArcelorMittal et son projet de suppression de 578 postes au pays.

ArcelorMittal n'a donné aucun détail sur les postes menacés.

ArcelorMittal n'a donné aucun détail sur les postes menacés.

Editpress/Didier Sylvestre

Pas rassurés. À l'issue d'une réunion lundi avec la direction d'ArcelorMittal et les ministres du Travail, Dan Kersch, et de l’Économie, Franz Fayot, les syndicats sont restés sur leur faim et leurs inquiétudes. Ils n'ont pas obtenu les détails ni le calendrier espérés sur le projet de l'entreprise, annoncé jeudi dernier, de supprimer 578 postes, soit 15% des effectifs au Luxembourg.

«Nous ne sommes pas surpris mais déçus» regrettait Stefano Araujo de l'OGBL, réclamant plus de «transparence». S'il a été confirmé qu'aucune fermeture de site ou de ligne de production n'est prévue, «nous voulons savoir, poste par poste, comment la direction est arrivée à 578, insistait Robert Fornieri secrétaire général du LCGB. Nous avons des questions. Le coronavirus n'explique pas tout».

Elles seront posées au sein d'un groupe de travail créé lundi et qui réunira très vite la direction, des représentants du personnel et des ministères pour faire un état des lieux de la situation. Évoquant l'impact de la pandémie sur un secteur déjà en difficulté, ArcelorMittal s'est engagé lundi «à trouver les meilleures solutions possibles pour les personnes concernées et faire en sorte que la sidérurgie luxembourgeoise continue à être un leader du secteur». Les ministres, précisant qu'un accompagnement sera conditionné à un plan d'investissement ont fixé rendez-vous au 6 octobre, pour une nouvelle rencontre qui sera, si le gouvernement le valide, une «vraie» tripartite.

(L'essentiel/ Nicolas Martin)

Ton opinion