France/Grand Est – Avant de mourir, Mava Chou venait de déposer plainte

Publié

France/Grand EstAvant de mourir, Mava Chou venait de déposer plainte

VOSGES - Les circonstances du décès de l’influenceuse de 32 ans n’ont pas été révélées. Mais depuis sa séparation en 2020, la jeune maman était harcelée.

«Je suis au regret de vous annoncer le décès de Maëva survenu hier (ndlr: mercredi 22 décembre) en fin de journée. Je vous demande de respecter sa famille en ne cherchant pas à en savoir plus. Cela ne regarde que ses proches. Ayez une pensée pour elle et surtout pour ses enfants.» Tel est le message de Marion, meilleure amie de Mava Chou, annonçant le décès de cette dernière. Qui n’avait que 32 ans. Youtubeuse d’origine suisse et qui vivait dans les Vosges, Maëva Frossard, de son vrai nom, s’était fait connaître en publiant dès 2013 des vidéos de sa famille, où elle racontait son quotidien avec ses quatre enfants.

Elle avait participé à l’émission de téléréalité «On a échangé nos mamans» (NT1) en 2018. Et pouvait se targuer de 144 000 abonnés sur sa chaîne YouTube, et 80 000 fans sur Instagram… Pourtant, tout n’était pas rose pour Maëva. Outre le fait d’avoir perdu son cinquième enfant, elle s’était séparée de son compagnon en 2020 et avouait dans l’un de ses derniers messages, daté du 6 décembre, et dans sa dernière vidéo (ci-dessous), ne pas aller très bien. «J’ai été un peu absente ces derniers jours car je n’étais pas en grande forme.» Un euphémisme, selon certains.

Ainsi le blogueur Jeremstar, rapporte Voici, a révélé que Maëva lui avait fait part de sa difficulté à supporter les campagnes de harcèlement dont elle était victime. «Depuis 2015, Maëva était victime de harcèlement en meute sur les réseaux sociaux et au cœur de polémiques incessantes. Récemment, nous étions entrés en contact et elle s’était confiée à moi. Elle ne supportait plus la haine permanente qu’elle recevait et déplorait que les institutions judiciaires soient aussi lentes. Je me souviens d’une bande audio qu’elle m’a récemment envoyée où elle disait: «Un jour, il va y avoir un drame, c’est pas faute d’avoir alerté.»

Alors, Mava Chou, victime indirecte de la haine sur les réseaux sociaux? Elle ne serait pas la première. Malheureusement, elle ne sera pas la dernière…


Elle avait porté plainte juste avant son décès

«Mava Chou», cible de violentes critiques sur internet, avait déposé plainte juste avant son décès contre son ex-mari et contre X pour harcèlement moral, a-t-on appris dimanche auprès de son avocat.

«Une plainte a été déposée au nom de Maëva (Frossard, son vrai nom, ndlr) et de son nouveau conjoint pour harcèlement moral et provocation au suicide contre son ex-mari et contre X. Malheureusement la plainte est partie le jour de son décès», a indiqué Me Stéphane Giuranna, avocat à Epinal, confirmant une information du quotidien Vosges Matin.

«Un homicide des temps modernes»

Selon Me Giuranna, «Mava Chou» avait déjà, en raison des attaques la visant sur internet, déposé cinq plaintes directement au commissariat depuis mai 2020, «mais elles n'avaient rien donné».

«Il faut absolument que les pouvoirs publics réagissent, durcissent les législations, donnent les moyens aux services d'enquêteurs d'identifier les harceleurs qui sont des lâches, écrivent derrière leur écran et se sentent tout puissants, il faut que la peur change de camp», a ajouté Me Giuranna.

(nc/L'essentiel/cma)

Ton opinion