Solidarité au Luxembourg - «Avec un vélo, les réfugiés se sentent de nouveau libres»

Publié

Solidarité au Luxembourg «Avec un vélo, les réfugiés se sentent de nouveau libres»

LUXEMBOURG – Un résident a eu l'idée de récolter et de donner des deux-roues aux réfugiés, suite au déclenchement de la guerre en Ukraine. 160 enfants en ont déjà profité.

par
Olivier Loyens
1 / 7
Emanuele Santi (au centre) a eu l'idée de récolter et donner des vélos, scooters et skateboards aux réfugiés, suite au déclenchement de la guerre en Ukraine.

Emanuele Santi (au centre) a eu l'idée de récolter et donner des vélos, scooters et skateboards aux réfugiés, suite au déclenchement de la guerre en Ukraine.

Riding the Rainbow
Son garage est devenu un centre de collecte et de distribution.

Son garage est devenu un centre de collecte et de distribution.

Riding the Rainbow
160 enfants et adolescents en ont déjà profité.

160 enfants et adolescents en ont déjà profité.

Riding the Rainbow

Monter sur un vélo et pouvoir oublier, ne serait-ce qu'un instant, le traumatisme du départ forcé. Avec la guerre en Ukraine, Emanuele Santi, un habitant de la capitale, a eu l'idée de récolter et de donner des vélos, mais aussi des scooters, des trottinettes et des skateboards aux réfugiés. Le nom de l'initiative est «Riding the Rainbow» (Faire du vélo sur un arc-en-ciel en français).

«Lorsque j'ai déménagé avec mes enfants au Luxembourg après des décennies en Afrique, nos enfants étaient perturbés, explique le président de l'ASBL Afrilanthropy. Le tout premier cadeau que je leur ai offert était un vélo. Cela leur a donné un sentiment particulier de joie et de liberté, puisqu'ils ont pu explorer leur nouveau pays d'accueil».

Emanuele Santi raconte qu'il a commencé par donner de vieux vélos qui appartenaient ses enfants. «Les bicyclettes étaient d'ailleurs bleues et jaunes, comme les couleurs du drapeau de l'Ukraine, se souvient-il. Elles ont été récupérées par deux petits. La joie sur leur visage était incroyable».

Le résident a ensuite demandé à ses amis d'apporter des deux-roues qu'ils n'utilisaient plus. Son garage est devenu un centre de collecte et de distribution. «En quelques semaines, 160 enfants, originaires de 5 pays, ont pu en profiter», note Emanuele Santi. L'initiative s'est depuis étendue à trois autres garages au Kirchberg, à Mamer et à Schifflange, avec d'autres personnes qui ont décidé de se joindre à l'effort.

«Même si les gens sont plus désireux de se débarrasser de leurs petits vélos», le président d'Afrilanthropy espère aussi pouvoir donner des vélos aux adultes. Il dit à ce titre avoir contacté l'asbl Equiclic, qui gère un programme similaire à Junglinster et qui répare aussi les vélos.

Des récoltes de vélos, scooters ou skateboards ont lieu ce mercredi au Kirchberg, ce jeudi à Mamer et ce vendredi à Schifflange, de 18h à 19h. Toute personne qui souhaite faire un don peut envoyer un mail à info@afrilanthropy.org. Retrouvez aussi le calendrier des récoltes sur la page Facebook dédiée.

Ton opinion

25 commentaires