Au Luxembourg – «Avec une obligation, on crée de l'angoisse»
Publié

Au Luxembourg«Avec une obligation, on crée de l'angoisse»

LUXEMBOURG - Faut-il contraindre les soignants à se faire vacciner? La ministre de la Santé en doute, mais le sujet fera l'objet de discussions au sein du gouvernement.

Le Luxembourg avait commencé sa campagne vaccinale avec les soignants.

Le Luxembourg avait commencé sa campagne vaccinale avec les soignants.

Vincent Lescaut

Lundi, la France et la Grèce ont annoncé que le vaccin contre le Covid-19 serait obligatoire pour les personnels de santé et professionnels en contact avec les personnes fragiles. L'Italie avait mis en place cette obligation quelques semaines plus tôt et quelque 97% de ses soignants ont déjà reçu au moins une dose, indiquait récemment le commissariat à l'urgence Covid-19. Et au Luxembourg? Pour le moment, les soignants ne sont pas obligés de se faire vacciner et la ministre de la Santé Paulette Lenert n'est pas convaincue de l'opportunité d'instaurer une telle obligation.

«C'est un sujet que nous suivons depuis des mois», a indiqué la ministre, interrogée sur le sujet lors d'une conférence de presse sur les conséquences du rapport Waringo sur les foyers d'infection. «Je suis encore convaincue qu'avec l'obligation, on n'arrive à rien, on nourrit les angoisses», a expliqué la ministre, qui préfère faire de la pédagogie.

«Avec la campagne actuelle, on va avoir des résultats. Les gens s'inscrivent encore, il ne faut pas utiliser la pression», a ajouté Paulette Lenert, qui intervenait au côté de Corinne Cahen. «Il faut éduquer les gens, la campagne va se poursuivre cet été, on laisse une opportunité aux gens de se vacciner».

«Point faible»

D'après des chiffres fournis à L'essentiel par le ministère de la Santé, 72,8% des médecins, infirmiers et aides-soignants sont complètement vaccinés. Chez les pharmaciens, cette proportion monte à 83,8%. Elle est plus faible chez les employés des réseaux d'aide et soins à domicile (51,78%) et les structures d'hébergement pour personnes âgées (60,4%). «Le personnel soignant non vacciné c'est un point faible», a concédé Paulette Lenert. «Mais d'autres visiteurs peuvent amener le virus. Il ne faut pas oublier que c'est dans le privé qu'on s'infecte le plus. Si tout le monde respecte les règles, on endigue le problème».

Quoi qu'il en soit, la question de l'obligation vaccinale des soignants sera discutée au sein du gouvernement cet été. Paulette Lenert est «impatiente d'avoir l'avis des autorités françaises, de voir les débats parlementaires». Selon elle, «il faut beaucoup d'éducation autour de ce débat avant de prendre des décisions trop rapides».


(jw/ol/L'essentiel)

Ton opinion