Insolite à Remich – Banquiers, traders et patrons sur le ring
Publié

Insolite à RemichBanquiers, traders et patrons sur le ring

REMICH - En quelques mois, des boxeurs très amateurs se sont préparés à monter sur le ring pour la première fois. Ce sera vendredi, à Remich, sur une péniche.

Un cadre inédit pour un gala d'anthologie au profit du Télévie. Entre Fight club et la boxe des cols blancs qui fait fureur aux États-Unis ou à la City à Londres. Ils sont banquiers, patrons ou salariés au Luxembourg et dans ses environs et n'avaient encore jamais enfilé les gants, il y a quelques mois.

Pourtant, vendredi, ce seront eux les stars du ring sur la péniche River Diva, à Remich. Sous l'œil d'un arbitre international. Embarquement, à partir de 18h, pour une dizaine de combats (un féminin) de 3x2 minutes, puis un combat pro.

«L'idée est de permettre de boxer à des passionnés qui n'en ont jamais eu l'occasion», explique l'organisateur, Kader Benzinia, qui avait déjà mis sur pied deux précédentes éditions dans la capitale. Depuis quatre mois, l'ex-boxeur pro devenu coach, désireux de contribuer à renouveler la boxe, a préparé la vingtaine de boxeurs très amateurs.

«On est là pour taper»

Règles, technique, coordination, physique et souvent régime: il a fallu partir de loin. «Certains mangent souvent au resto», sourit Kader Benzinia.

Maxime Collard, Bruxellois de 35 ans installé au Grand-Duché depuis douze ans, a relevé le défi. «Je me suis entraîné environ six heures par semaine entre boxe et course à pied. Ça détend, on se dépense beaucoup et on apprend sur soi et sur les autres. La boxe véhicule de très bonnes valeurs», insiste ce responsable chez Visible.digital, dans la traçabilité alimentaire.

Il faisait 87 kg et en a perdu huit en deux mois! «Je n'ai pas peur de prendre des coups. On est là pour taper, pas pour faire mal. Et je me blesse moins à la boxe qu'au foot», assure-t-il. «Certains ont voulu rattraper leur retard et se sont blessés. On ne le rattrape jamais et ce n'est pas le but», rappelle le coach.

(Nicolas Martin/L'essentiel)

Ton opinion