Football – Bastos à Bolton: c'est l'heure des négociations

Publié

FootballBastos à Bolton: c'est l'heure des négociations

DIFFERDANGE - L'ailier luxembourgeois Yannick Bastos attend un accord entre Bolton et son club de Differdange pour être transféré en Angleterre.

Les performances de Yannick Bastos (à gauche) ont tapé dans l'œil des dirigeants de Bolton.

Les performances de Yannick Bastos (à gauche) ont tapé dans l'œil des dirigeants de Bolton.

L'équipe nationale pourrait bientôt compter un huitième joueur pro dans ses rangs. Contacté un peu à la surprise générale, la semaine dernière, par un scout du club de deuxième division anglaise Bolton Wanderers, Yannick Bastos, 20 ans, rêve en grand depuis quelques jours.

Ses performances en Europa League, cet été, notamment face à Utrecht, ont tapé dans l'œil des dirigeants du club anglais. Et ces derniers ont donc proposé, en début de semaine, au milieu de Differdange, de faire le voyage jusqu'à Bolton pour entamer des discussions pour évoquer un éventuel transfert.

«J'ai visité les installations du club, rencontré les dirigeants, le staff technique et les joueurs. Tout est sur la bonne voie», a expliqué Yannick Bastos, mercredi soir, sur le chemin de l'aéroport avant de revenir au pays.

Le joueur attend que les deux clubs tombent d'accord en ce qui concerne les indemnités de ce transfert. «Bolton a transmis ce matin (NDLR: hier matin) une offre à Differdange. Dès que les clubs seront d'accord, je pourrais ensuite discuter de mon futur contrat avec les dirigeants de Bolton, a encore ajouté l'international luxembourgeois. Le contrat proposé devrait porter sur une ou deux saisons au maximum», précise-t-il.

Mercredi, le président de Differdange, Fabrizio Bei, a effectivement reçu une offre émanant d'Angleterre: «Je dois voir Yannick pour parler de tout cela, explique l'homme fort du club luxembourgeois, puis nous allons prendre une décision, je pense que nous pourrons trouver un terrain d'entente. Le transfert du jeune Luxembourgeois est sur de très bons rails.

Philippe Di Filippo et Saïd Kerrou

Ton opinion