Comédie – Bausch rend un dernier hommage à l'ami Thierry

Publié

ComédieBausch rend un dernier hommage à l'ami Thierry

Avec «Trouble No More», Andy Bausch met
un terme définitif à la
série «Troublemaker».

Ça commence par l'évasion de Chuck Moreno (Ender Frings) de prison. Pourtant, le type qui devait l'accueillir dans une Ford blanche délabrée, un petit escroc du nom de Zizou (Hervé Sogne), est absent. Il ne sera là que le lendemain, s'étant trompé de jour. C'est ce goût de l'absurde qui est, comme lors des deux fois précédentes, au rendez-vous de «Trouble No More», road-movie «bien de chez nous».

Le film du Luxembourgeois Andy Bausch constitue l'ultime volet, celui par lequel se termine une success story démarrée en 1988, et par lequel s'envolent les cendres de Johnny, interprété jadis par le regretté Thierry van Werveke.

Dans cette suite inégale, c'est au frère de Johnny, Ray (Marco Lorenzini), que revient le premier rôle. Il s'en sort comme il peut avec des répliques coup-de-poing envoyées aux flics, à la petite racaille, à la petite bourgeoisie et autres énergumènes qui lui sont indigestes. Bausch filme la prison, les troquets, la rue, trahissant une affinité coupable avec les débrouillards, peu scrupuleux certes, mais qui, sous la crasse, ont du cœur.

Kalonji Tshinza

Ton opinion