Entre héritage et modernité – Belgrade, une capitale haute en couleur

Publié

Entre héritage et modernitéBelgrade, une capitale haute en couleur

La capitale de la Serbie est une âme adolescente, qui vibre dans un corps très ancien.

La cathédrale Saint-Sava est le monument orthodoxe le plus impressionnant de la capitale serbe.

La cathédrale Saint-Sava est le monument orthodoxe le plus impressionnant de la capitale serbe.

dr

Certains des hauts lieux de Belgrade ne manquent pas de charme. Mais «belle» n’est pas le premier qualificatif qui vient à l’esprit quand on évoque la capitale serbe. On dirait plutôt d’elle qu’elle a un caractère...affirmé. Son nom signifie ville blanche, mais elle n’est pas virginale. Véritable chaos architectural, elle porte ses influences orientales, slaves et autrichiennes comme les marques d’une vie déjà longue.

L’architecture brutaliste du quartier du Blok 33, héritée de l’ère communiste, tranche avec la beauté des bâtiments Art nouveau de la rue piétonne Knez Mihailova. La citadelle romaine de Stari Grad (vieille ville) et les gratte-ciels futuristes de Novi Grad (nouvelle ville) s’observent de part et d’autre du fleuve. Au milieu pointe la coupole serbo-byzantine d’une cathédrale.

Vie nocturne active

Pourtant, ses collines, espaces verts, la Save et le Danube, l’île artificielle d’Ada Ciganlija avec ses plages donnent envie de respirer à pleins poumons. Si les racines de la ville plongent dans un profond héritage, ses veines sont gonflées de sève. Fiers et passionnés comme tous les peuples des Balkans mais aussi curieux des voyageurs et soucieux de se défaire de l’image héritée de la guerre, les Serbes sont accueillants.

La jeunesse de Belgrade, souvent désabusée, a un appétit à la hauteur de son désenchantement. Elle aime le clinquant mais a recours au système D. Elle consomme du turbo folk - folklore mâtiné de techno du plus bel effet kitsch - mais possède une solide culture littéraire et regorge de talents du cinéma en éclosion.

Cette énergie se déverse dans la nuit, quand les filles et les garçons, toujours très soignés, sont de sortie. Les étudiants désargentés se retrouveront pour boire une bière à studentski park. On écoutera du jazz dans un immeuble désaffecté et regardera le soleil se lever depuis un «splav», club flottant. C’est là que la beauté décalée de Belgrade vous frappera en plein visage.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Du charme en toutes saisons

Durant la belle saison et l’été indien, le voyageur pourra profiter des espaces verts, des coins de baignade et des terrasses et clubs flottants de la capitale serbe. Mais il faut aussi voir Belgrade l’hiver, quand elle revêt son fin manteau neigeux. Il fait froid, mais agréable car sec et ensoleillé.

L’inébranlable Kalemegdan

Kalemegdan a été détruite plus de quarante fois au cours des nombreuses batailles qu’elle a essuyées. Pourtant, cette ancienne forteresse romaine domine toujours Belgrade. Son parc offre une vue magnifique sur la capitale serbe et l’embranchement des fleuves Save et Danube. Les badauds s’y promènent, y jouent aux échecs ou vont visiter les allées du jardin zoologique.

Belgrade vit aussi la nuit

La vie nocturne belgradoise est variée. Pour un bon repas dans une atmosphère traditionnelle, on ira dans le quartier bohème de Skadarlija ou à Zemun. Les clubs sont dans la ville en hiver et sur des barges flottantes l’été. Mais ce ne sont pas les seuls lieux décalés. On trouve un très bon club de jazz sur le toit de l’immeuble désaffecté BIGZ.

L’héritage serbe est éclectique

L’héritage culturel de Belgrade fait le grand écart entre les églises orthodoxes, dont la plus impressionnante est la cathédrale de style serbo-byzantin Saint-Sava, et le mausolée du dictateur Tito situé dans un jardin d’hiver. La résidence de la princesse Ljubica vaut le détour, de même que le musée consacré au «savant fou», Nikola Tesla.

Ton opinion