Benjamin Gates ou le travail de mémoire d'un Américain

Publié

Benjamin Gates ou le travail de mémoire d'un Américain

Nicolas Cage sait choisir ses rôles, en particulier ceux qui remplissent sa tirelire. Dans «National Treasure: the book of secrets», il ne déroge pas à la règle.

Gros succès au box-office américain, «National Treasure: the book of secrets» est la suite de «National Treasure», sorti en 2004.
Après avoir mis la main sur le trésor des Templiers, qu'il était occupé à chercher dans le premier épisode, Benjamin Gates (Cage) s'offre un repos bien mérité, et sa notoriété va de gloire en gloire. Mais, bien vite il va devoir reprendre du service, ayant eu vent de l'accusation d'un de ses ancêtres, Thomas Gates, dans le meurtre d'Abraham Lincoln.

Décidé à prouver l'innocence des siens, Ben accompagné de son ex-future épouse Abigail (Diane Kruger), de son père Patrick (Jon Voigt) et de son assistant Riley Poole (Justin Bartha) partent mener leur enquête en guise de devoir de citoyenneté. C'est alors que Gates est impliqué dans une histoire qui comporte bien plus qu'un complot contre l'ancien président. Il semblerait que cette affaire soit liée à l’un des secrets les mieux gardés de l’histoire des États-Unis!

Cette suite a récolté 20 millions de dollars entre vendredi et dimanche aux États-Unis et au Canada, dans sa première semaine, et un total de 171 millions en trois semaines d’exploitation.

Côté narratif, rien de très innovateur: la méthode Jerry Bruckheimer semble toujours fonctionner si l'on en juge les recettes du film. Hormis les explosions et scènes d'action des moins vraisemblables, un casting bardé de noms prestigieux (Nicolas Cage, Jon Voight, Ed Harris), il y a aussi cette petite touche de morale, qui lorgne du nez, morale très en phase avec le goût du public américain, visant à redorer le blason des États-Unis.

Ici, on pourra évoquer la scène au cours de laquelle Ben rappelle au président américain qu’il a kidnappé quelles sont ses obligations, en tant que chef de l'État.

kwt

(avec afp)

Ton opinion