Transactions financières – Berlin veut une décision rapide sur la taxe
Publié

Transactions financièresBerlin veut une décision rapide sur la taxe

Berlin a appelé vendredi à prendre une décision rapide sur une proposition de la Commission européenne de taxe sur les transactions financières dans l'UE.

Berlin veut accélérer le processus concernant la taxe des transactions financières.

Berlin veut accélérer le processus concernant la taxe des transactions financières.

AFP

La décision de l'Allemagne intervient alors que les Britanniques s'inquiètent des conséquences sur l'avenir de la place de Londres. «Nous voulons savoir rapidement, aussi vite que possible, au plus tard à la fin du premier trimestre, si cette proposition peut marcher et si cela vaut le coup d'y travailler», a déclaré le porte-parole du ministère allemand des Finances, Martin Kotthaus, lors d'un point-presse régulier.

«Sinon, nous avons besoin de voir s'il y a d'autres options», a-t-il ajouté. Le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Seibert, a salué comme «intelligente et raisonnable» une proposition faite par le ministre de l'Économie, Philipp Rösler, d'une taxe sur les activités boursières, estimant que cette solution de compromis pourrait «rallier les Britanniques».

Vers le droit de timbre des Britanniques?

M. Seibert a toutefois souligné que Berlin poussait à une taxe sur les transactions financières sur la base d'une proposition de la Commission «car cela correspond à notre demande d'un impôt large à taux peu élevé». Dans un entretien au quotidien allemand Rheinische Post paru vendredi, M. Rösler avait proposé de réfléchir à la possibilité pour les États de l'UE de suivre le modèle britannique de taxation sur les transactions boursières. «Les Britanniques ont déjà un type spécial de taxe sur la Bourse, ce que l'on appelle le "droit de timbre"», a-t-il dit.

Au Royaume-Uni, le droit de timbre s'applique sur toutes les transactions en actions et s'élève à 0,5% de la valeur de la transaction. «Si les Britanniques ne peuvent pas faire un pas en direction du modèle européen sur une taxe sur les transactions financières, alors il pourrait être raisonnable de discuter du modèle britannique avec la Grande-Bretagne et les autres pays européens», a dit M. Rösler.

Ton opinion