Publié

Luc Emering «Nous sommes encore loin des 30% de bio en 2025»

LUXEMBOURG – Luc Emering, le président de l'association des jeunes agriculteurs (Jongbaueren), est l'invité de la «Story» de «L'essentiel Radio» toute la semaine.

20190624 Springkange reportage von Luc Emering und seinem Biobauernhof photo Editpress/Isabella Finzi

Editpress

La séquence du 7 octobre

Le prix du pétrole est très élevé, note Luc Emering, président de l'association des jeunes agriculteurs. Nous avons connu trois sécheresses sur quatre ans (2021 était une année normale). Cette année, c'était la catastrophe. Et en plus, on a encore la guerre en Ukraine. Tous ces facteurs font que l'on aura des prix très importants au printemps 2023».

La part de l'agriculture bio est «autour de 10%» au Grand-Duché. «Le but pour 2025 est d'atteindre les 30%, donc on en est encore très très loin», admet Luc Emering.

L'association des jeunes agriculteurs organise deux évènements chaque année: «Ferme en Ville» et la foire agricole à Ettelbruck. «Ils sont très importants pour la sensibilisation du grand public à l'agriculture», note le président.

«Cela me touche d'écouter un tube sorti en 1997, mon année de naissance»

.

La séquence du 6 octobre

Le Luxembourg a été en 2021 le premier pays en Europe à interdire le glyphosate. Mais le tribunal administratif a estimé que l’interdiction de l’herbicide au Grand-Duché n’était pas conforme au droit. «Il faut voir maintenant si le gouvernement prévoit de réagir, en proposant par exemple des primes aux agriculteurs qui ne l'utilisent pas. Mais le produit sera probablement réautorisé au Grand-Duché».

Luc Emering est éleveur de poulets. «Nous produisons notre propre nourriture pour les animaux», souligne le président de l'association des jeunes agriculteurs.

S'il était patron d'un food-truck, il ne proposerait que des produits venant de l'agriculture régionale. Il l'appellerait «Letz Food».

La séquence du 5 octobre

Luc Emering explique que la principale production agricole au Luxembourg est le lait. «Dans les années à venir, l'agriculture sera plus diversifiée, avec davantage de fruits et de légumes».

La sécheresse de cet été a affecté la récolte de maïs, qui sert à nourrir le bétail. «Ce n'était pas évident, confie le président de l'association des jeunes agriculteurs. Heureusement, il y a eu beaucoup de pluie l'année dernière, ce qui a permis aux fermes de faire des réserves». Luc Emering espère que l'année prochaine sera «une année normale».

«Je trouve les paroles de Louise Attaque très convaincantes».

.

La séquence du 4 octobre

Luc Emering déplore que le métier d'agriculteur soit dévalorisé. «L'entrée ou l'installation d'un jeune sur une ferme est différente, en comparaison avec d'autres professions, dit-il. Par exemple, si je veux devenir boulanger, je peux suivre une formation. Pour devenir agriculteur, pas besoin de diplôme, tout le monde peut le devenir. Or, le métier d'agriculteur implique des responsabilités, par rapport à la protection de la nature». Le président de l'association des jeunes agriculteurs estime à ce titre qu'il est «très important» de proposer une formation qui correspond au niveau «complexe» de la profession.

Chaque année, une cinquantaine de fermes au Grand-Duché arrêtent leurs activités. «C'est un phénomène très grave», estime Luc Emering. Nous avons aujourd'hui 1 500 entreprises agricoles au Luxembourg, alors qu'il y en avait 20 000 dans le temps. Le secteur a été confronté à des difficultés économiques. Les jeunes n'ont plus envie de devenir agriculteur».

Le président note pourtant que c'est «une belle profession», même s'il faut donner beaucoup de sa personne et ne pas compter ses heures. «On ne peut pas faire des horaires de bureau, ça ne marcherait pas», conclut-il.

J'adore le personnage de James Bond

.

La séquence du 3 octobre

Luc Emering (25 ans) est le président de l'association des jeunes agriculteurs (Jongbaueren). Il revient sur l'action de sensibilisation du secteur agricole, organisée le 16 septembre dernier. 400 croix vertes surmontées d'une botte rouge avaient ainsi pu être observées aux quatre coins du Luxembourg.

«Les 700 membres de l'association étaient tous motivés, car c'est de leur futur qu'il s'agit, explique Luc Emering. Alors qu'une nouvelle loi agraire va entrer en vigueur l'année prochaine, nous avons dénoncé le manque de dialogue avec les autorités».

La nouvelle loi agraire intègre deux nouveaux articles qui limitent la grandeur des exploitations, indique l'agriculteur, qui déplore qu'aucune discussion n'ait été précédemment menée. Suite à l'action du 16 septembre, les jeunes agriculteurs ont pu rencontrer le ministre de l'Agriculture et espèrent pouvoir influer sur le contenu du projet de loi. «Notre initiative, qui a mis en lumière le monde agricole, a porté ses fruits», se félicite-t-il.

«David Guetta est un DJ que j'aime beaucoup»

.
(L'essentiel)

Ton opinion