Footballeur égyptien – Bloqué à la CAN, il envoie un ami passer les exams
Publié

Footballeur égyptienBloqué à la CAN, il envoie un ami passer les exams

L'international égyptien, Mostafa Mohamed, joue la Coupe d'Afrique au Cameroun. En Égypte, un de ses amis s'est présenté à sa place à l'université pour les examens.

Un responsable de l'institut universitaire du Caire, où M. Mohamed est inscrit, s'est aperçu que le candidat n'était pas l'attaquant de 24 ans du club turc Galatasaray.

Un responsable de l'institut universitaire du Caire, où M. Mohamed est inscrit, s'est aperçu que le candidat n'était pas l'attaquant de 24 ans du club turc Galatasaray.

AFP

L'international égyptien Mostafa Mohamed joue actuellement la Coupe d'Afrique des Nations de football, au Cameroun. En cette semaine nationale des examens en Égypte, un de ses «amis» s'est présenté à sa place à l'université... et a été arrêté. Un responsable de l'institut universitaire du Caire, où M. Mohamed est inscrit, s'est aperçu que le candidat n'était pas l'attaquant de 24 ans du club turc Galatasaray, mais un jeune diplômé en littérature. Il a aussitôt porté plainte.

Le jeune homme a reconnu qu'il voulait «aider un ami», selon des «aveux» publiés par des médias d'État. Sur les réseaux sociaux du pays le plus peuplé du monde arabe, où le foot est le sport roi, les internautes s'en sont donné à cœur joie dans les commentaires. «Le ministère de l'Enseignement supérieur, les 100 millions d'Égyptiens et tous les supporters de foot d'Afrique savent que Mostafa Mohamed est au Cameroun, c'est vraiment la fraude la plus débile du siècle!», a ainsi écrit l'un d'eux sur Facebook.

Et la fraude ne s'arrête pas là: dans ses «aveux», le jeune Égyptien interpelé, dont l'identité n'a pas été publiée, révèle qu'il n'en est pas à son coup d'essai. «J'ai déjà passé trois examens pour mon ami» Mostafa Mohamed, a-t-il ainsi dit au procureur. Il n'a pas été précisé si c'était le footballeur qui avait demandé à son ami de passer les examens à sa place et quelles étaient les sanctions encourues pour de tels faits.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion