Inde: Bloqués dans des avions pendant des heures à cause d’une cyberattaque
Publié

IndeBloqués dans des avions pendant des heures à cause d’une cyberattaque

Des centaines de passagers de SpiceJet se sont retrouvés coincés à bord de leurs appareils, mercredi en Inde, subissant de longs retards après que la compagnie low-cost a été hackée. 

La compagnie indienne SpiceJet a assuré jeudi que la situation était revenue à la normale, sans donner plus de détails sur l’incident.

La compagnie indienne SpiceJet a assuré jeudi que la situation était revenue à la normale, sans donner plus de détails sur l’incident.

AFP

Des centaines de passagers de SpiceJet en Inde sont restés bloqués à bord de leurs avions, certains pendant plusieurs heures, les opérations de la compagnie aérienne à bas prix ayant été perturbées, a-t-elle indiqué, par une «tentative» de cyberattaque. Un responsable de la compagnie a déclaré jeudi que les opérations aériennes étaient revenues à la normale, sans donner plus de détails concernant l’incident.

«Certains systèmes de SpiceJet ont été confrontés à une tentative d’attaque par logiciel rançonneur, la nuit dernière (ndlr: mardi) qui a eu un impact sur nos opérations de vol», avait déclaré simplement la compagnie aérienne mercredi sur Twitter. Elle a ajouté qu’elle avait «dans une large mesure maîtrisé et rectifié la situation», mais que les retards en cours l’avaient contrainte à annuler certains vols vers des aéroports soumis à un couvre-feu nocturne.

Passagers en colère

De nombreux passagers en colère, dont certains ont attendu jusqu’à cinq heures dans leur avion, se sont plaints du manque de communication de la compagnie aérienne. Selon Mudit Shejwar, l’un de ces passagers, la seule explication que son vol avait obtenu évoquait «un serveur en panne et un problème de paperasse pour le carburant». «Qu’en est-il des dommages que nous allons subir en raison de ce délai?» a-t-il demandé sur Twitter, ajoutant que son vol avait décollé avec cinq heures de retard.

Cyberattaques de plus en plus fréquentes

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires