Au Nigeria – Boko Haram veut gagner «les coeurs et les esprits»

Publié

Au NigeriaBoko Haram veut gagner «les coeurs et les esprits»

Tout en perpétrant d'innombrables tueries dans le nord du Nigeria, le mouvement islamiste tente de s'attirer la sympathie des populations dans les zones sous son contrôle.

Le groupe Boko Haram a réussi à attirer beaucoup de jeunes désœuvrés.

Le groupe Boko Haram a réussi à attirer beaucoup de jeunes désœuvrés.

Capture d'écran vidéo Boko Haram

Figurant en bonne place sur la liste noire des organisations terroristes établie par Washington, le groupe armé Boko Haram, qui prône un islamisme radical, a tué plus de 13 000 personnes depuis 2009 dans des opérations meurtrières qui ne cessent de monter en puissance. Au total, plus d'une vingtaine de localités du nord-est du Nigeria sont tombées sous la coupe de Boko Haram ces derniers mois, face à une armée nigériane incapable jusqu'à présent d'enrayer cette progression. Dans ces localités, de nombreux habitants ont raconté avoir pris la fuite devant l'arrivée des islamistes pour échapper à leurs atrocités. Aujourd'hui, les islamistes cherchent à persuader la population de rester dans les zones où ils ont proclamé un «califat», en août dernier, utilisant une stratégie délibérée pour renforcer son autorité, selon un expert en sécurité, Abdullahi Bawa Wase.

Boko Haram «tend désormais vers une forme d'assistanat de la population, en leur promettant surtout qu'ils seront en sécurité» dans leurs territoires, estime l'ancien ambassadeur américain au Nigeria, John Campbell. «Ils se sont positionnés comme un gouvernement alternatif, suite au retrait des institutions de l'État dans les zones passées sous leur contrôle», ajoute de son côté M. Bawa Wase. Une inconnue demeure cependant sur les capacités réelles de ce groupe composite, formé de différentes factions, et dont la base est constituée de jeunes désœuvrés, à gouverner.

La gouvernance ne semble pas être «dans leur style», note Mark Schroeder, vice-président du think tank américain, Stratfor. «En dirigeant indirectement ou avec plus de distance cela limite les risques pour les islamistes alors qu'ils essayent de gagner, du moins de contrôler, les cœurs et les esprits de la population locale», ajoute ce spécialiste. Boko Haram, selon plusieurs experts, semble surtout s'inspirer de la redoutable stratégie de communication du groupe extrémiste État Islamique (EI) en Irak et en Syrie. Boko Haram, dont le nom en langue haoussa signifie «l'éducation occidentale est un péché», est à l'origine une secte qui a séduit la jeunesse désœuvrée du nord musulman du pays, avec un discours très critique vis-à-vis du régime nigérian.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion