Syrie – Bombardements de quartiers résidentiels
Publié

SyrieBombardements de quartiers résidentiels

Des soldats sont entrés lundi dans le quartier de Baba Amro dans la ville de Homs (centre) pilonnée et assiégée depuis cinq jours, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Des affrontements à l'artillerie lourde entre l'armée syrienne et des déserteurs auraient fait des dizaines de morts.

Des affrontements à l'artillerie lourde entre l'armée syrienne et des déserteurs auraient fait des dizaines de morts.

AFP

«Les forces armées sont entrées à Baba Amro après des affrontements entre l'armée et des déserteurs présumés à l'aube et dans la nuit», a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). «Elles ont ensuite commencé à démolir les magasins du quartier». Ailleurs à Homs, un haut lieu de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad, un civil a été tué par les tirs des forces de sécurité dans le quartier de Deir Baalbé.

Selon l'OSDH, une ONG basée au Royaume-uni, les violents affrontements à l'artillerie lourde qui ont éclaté entre soldats et déserteurs présumés à Homs ont fait des «dizaines de morts et de blessés dans les deux camps». Les habitants ont aperçu un camion «rempli de corps», selon l'ONG.

Recours à l'artillerie lourde et à l'aviation

Le Conseil national syrien (CNS), qui regroupe la majorité des courants de l'opposition, a appelé à une «protection internationale» des civils à Homs, qu'il a déclarée «ville sinistrée». Il a demandé à l'ONU, à l'Organisation de la conférence islamique et aux organisations internationales et arabes d'«agir pour arrêter le massacre que le régime commet à Homs en assurant une protection internationale aux civils», selon un communiqué.

L'armée du régime syrien, qui tente de mater dans le sang la révolte populaire lancée il y a huit mois, a recours à «l'artillerie lourde, aux roquettes et à l'aviation pour bombarder les quartiers résidentiels», a affirmé le CNS.

L'essentiel Online/

(AFP)

Paris se concerte avec ses alliés de l'ONU

La France va discuter avec ses partenaires de l'ONU de l'appel de l'opposition syrienne à une protection internationale des civils à Homs (centre), pilonnée par les forces du régime de Bachar al-Assad, a déclaré lundi le ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé. «Nous avons bien entendu les appels lancés par l'opposition syrienne. Nous regarderons cela en étroite liaison avec l'ensemble de nos partenaires au Conseil de sécurité», a dit M. Juppé à la presse, en réponse à une question sur cette demande d'une «protection internationale» pour Homs.

«Le comportement du régime est inacceptable, on ne peut pas lui faire confiance», a-t-il aussi réaffirmé, en indiquant que la France travaillait pour l'heure à resserrer sa concertation avec les pays de la région, ses liens avec l'opposition, et à poursuivre son action au Conseil de sécurité.

Ton opinion