Aéronautique – Bombardier remporte une victoire aux Etats-Unis

Publié

AéronautiqueBombardier remporte une victoire aux États-Unis

Le gouvernement américain ne pourra pas appliquer aux CSeries de l'avionneur canadien les taxes faramineuses qu'il lui réservait.

Image prétexte

Image prétexte

L'avionneur canadien Bombardier a remporté une victoire juridique sur son concurrent américain Boeing et le gouvernement américain. Les taxes gigantesques sur les importations des avions CSeries ont été bloquées vendredi par une autorité indépendante.

Les membres de la commission américaine du commerce international (USITC) ont jugé à l'unanimité (4 voix contre 0) que les industriels américains, en l'occurrence l'avionneur Boeing, n'étaient pas affectés par le programme de l'avionneur canadien.

En décembre, le ministère américain du commerce avait, lui, estimé que les aéronefs canadiens, des appareils moyen-courriers de 100 à 150 sièges, bénéficiaient de subventions du gouvernement canadien et qu'ils étaient vendus en dessous de leur prix de fabrication.

Le gouvernement américain, qui se targue de vouloir protéger les entreprises et les travailleurs américains victimes de concurrence selon lui déloyale, avait alors fixé, d'une part, des droits devant compenser les subventions publiques (dits «compensateurs») à 212,39%, et, d'autre part, un taux anti-dumping à 79,82%.

Recours possible

Bombardier a immédiatement crié «victoire» après la décision de l'USITC, «pour l'innovation, la concurrence et la primauté de la loi». «C'est aussi une victoire pour les compagnies aériennes américaines et le public voyageur des États-Unis», a-t-il ainsi réagi.

«Nous allons poursuivre à plein régime notre projet CSeries, en se concentrant sur les besoins de nos compagnies aériennes clientes et en créant plus et de nouveaux emplois hautement qualifiés aux États-Unis», a réagi de son côté, le directeur général d'Airbus, Tom Enders. Concurrent historique de Boeing, l'avionneur européen a passé récemment un accord avec Bombardier pour la production des CSeries dans son usine américaine.

Boeing s'est dit de son côté «déçu» que l'USITC ne reconnaisse pas le préjudice dont il s'affirme victime. «Nous allons examiner l'avis de la commission un peu plus en profondeur au fur et à mesure que les détails seront publiés dans les prochains jours», a indiqué Boeing.

Le groupe de Chicago n'a pas précisé s'il allait faire appel de la décision de l'USITC, bien que deux recours soient encore possibles, auprès du tribunal du commerce de New York avant une ultime saisine de la cour d'appel fédérale de Washington.

(L'essentiel/nxp/ats)

Ton opinion