En Afrique – Bon élève, le Cap-Vert aimerait être moins isolé
Publié

En AfriqueBon élève, le Cap-Vert aimerait être moins isolé

Le Cap-Vert est le pays ouest-africain le mieux classé à l'Indice de la gouvernance en Afrique. Mais ce «modèle de démocratie» voudrait peser davantage.

Le président cap-verdien, Jorge Carlos Fonseca, ici avec le Roi de Belgique.

Le président cap-verdien, Jorge Carlos Fonseca, ici avec le Roi de Belgique.

AFP

Les responsables cap-verdiens regrettent que l'archipel, ancienne colonie portugaise au large du Sénégal, ne pèse guère au sein du bloc régional, malgré son image de «modèle de démocratie» africaine, dans une zone souvent troublée. Cette année encore, le Cap-Vert est le pays ouest-africain le mieux classé à l'Indice de la gouvernance en Afrique établi par la Fondation Mo Ibrahim, à la 4e place sur 54.

Mais «dans un monde dominé par la quantité, le Cap-Vert estime qu'il est trop réduit avec ses quelque 500 000 habitants et 4 033 km2, en comparaison du Nigeria», géant continental, avec plus de 193 millions d'habitants, résume le diplomate Corsino Tolentino. Tourné vers le grand large, le Cap-Vert compte plus de citoyens à l'extérieur qu'à l'intérieur de son territoire, avec une diaspora estimée à quelque 700 000 personnes. La faiblesse chronique des liaisons avec le reste de l'Afrique, ainsi que des échanges, contribue aussi à ce sentiment d'être à part.

Une opportunité en 2018

Le transport maritime est virtuellement inexistant et le transport aérien intra-africain très insuffisant. «Mais comment développer les rapports économiques si vous n'avez pas de transport maritime?», soulignait l'ex-président cap-verdien Pedro Pires (2001-2011) le 30 novembre lors d'une réunion à Dakar. C'était au tour du Cap-Vert de prendre en 2018 la présidence de la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 pays) en vertu de l'ordre alphabétique, mais la place lui a échappé au profit de la Côte d'Ivoire.

Le président cap-verdien, Jorge Carlos Fonseca, a dénoncé, dans une déclaration à la télévision publique TCV, des «arrangements politiques» contraires selon lui aux règles de l'organisation. Créée en 1975, la Cédéao, mosaïque de pays francophones, anglophones et lusophones comptant aujourd'hui plus de 330 millions d'habitants, vise une intégration économique accrue entre ses membres.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion