Le policier de Bonnevoie condamné à 5 ans de prison pour meurtre

Publié

Justice au LuxembourgLe policier de Bonnevoie condamné à 5 ans de prison pour meurtre

LUXEMBOURG – L’ex-policier jugé pour avoir mortellement blessé un conducteur en 2018 a été condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis, mercredi.

par
Thomas Holzer
Le parquet avait requis 30 ans de prison.

Le parquet avait requis 30 ans de prison.

Editpress

Un verdict en forme de compromis? Condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis, pour le meurtre d’un conducteur néerlandais de 51 ans en 2018, le policier de Bonnevoie ne dormira pas en prison, ce mercredi soir.

La 13e chambre criminelle du tribunal de Luxembourg lui a accordé «l’excuse de provocation», mais pas la légitime défense plaidée par le défense lors du procès. Dans le même temps, le jeune homme qui a démissionné de la police, suite à sa mise en examen, évite une longue peine de prison. Lors des réquisitions, le parquet avait en effet demandé 30 ans de prison ferme contre l’accusé, le décrivant comme «un homme dangereux», obsédé par les armes à feux, qui a saisi la première occasion qui s’est présentée à lui pour «plomber quelqu’un».

Les témoignages à charge de ses collègues lors des interrogatoires menés durant l’enquête n’avaient pas aidé. Aucun syndicat de police n’est venu manifester son soutien à l’ex-agent, mercredi au tribunal.

Sans émotion apparente

Lunettes vissées sur le nez, posture droite et visage froid, l’homme de 26 ans qui comparaissait libre a accueilli le prononcé de la peine sans émotion. Mais cet aboutissement du procès en première instance ne signifie pas pour autant la fin de l’affaire.

La défense va faire appel

Convaincu de l’innocence de son client, Me Philippe Penning à d’ores et déjà annoncé son intention d’interjeter appel: «Cette peine lui permet d’éviter un retour en prison, mais elle n’est pas juste. Le tribunal reconnaît l’excuse de provocation qui est une sorte de légitime défense ‘light’ mais pas la véritable légitime défense», considère le conseil, qui se montre circonspect sur le jugement: «Je suis curieux de savoir comment les magistrats le justifient».

La peine est également assortie d’une amende de 5 000 euros ainsi que de 20 000 euros de préjudice moral, 1 386 euros de préjudice matériel et 2 500 euros de frais de justice à payer à l’épouse de la victime.

Lors d’une opération dans le quartier de Bonnevoie, dans la capitale, le 11 avril 2018, un automobiliste poursuivi par des policiers à pied avait été tué d’une balle dans la tête par un autre agent suite à un refus d’obtempérer. L’enjeu du procès pour homicide volontaire était de savoir si l’usage de l’arme à feu relevait de la «nécessité absolue» ou de «l’ultime recours», comme le prévoit la loi. Des experts ont argué du contraire, tandis que le profil psychologique de l’accusé n’a pas joué en sa faveur.

Ton opinion

29 commentaires