Basket: Boston remporte le premier match de la finale NBA

Publié

BasketBoston remporte le premier match de la finale NBA

Boston a remporté (120-108) à Golden State le premier match de la finale NBA 2022, jeudi au Chase Center de San Francisco.

Getty Images via AFP

L'équipe du trèfle a piqué le coeur des Warriors en faisant des carreaux à trois points dans tous les sens au dernier quart-temps: ainsi Boston s'est adjugé à Golden State la première manche de la finale NBA (120-108), jeudi à San Francisco. Les Celtics, en quête d'un 18e titre record, ont frappé fort d'entrée, puisque les Warriors n'avaient pas encore perdu un match à domicile durant les play-offs. Les joueurs du Massachusetts reprennent donc l'avantage du parquet. Et ce au terme d'une démonstration d'adresse collective aux tirs primés (9/12, 21/41 au final) dans les douze dernières minutes qui a mis KO les Californiens.

«Ils ont réussi tous leurs gros tirs dans ce quart-temps. Il faut leur reconnaître ce mérite. Ils ont tout simplement été brillants et mérité la victoire», a admis l'entraîneur adverse Steve Kerr, dont l'équipe a compté pourtant quinze longueurs d'avance au troisième quart-temps, celui où ils gagnent habituellement leurs matches. Mais Boston sait gagner les siens dans le dernier, nombre de ses victoires en play-offs l'ont démontré, et a répondu comme dans un combat de boxe, pour infliger un 40/16 à des Warriors impuissants et écœurés.

Getty Images via AFP

Jaylen Brown a sonné la révolte au tout début de cette période en marquant dix points d'affilée, 24 au total (7 rbds, 5 passes), qui ont fait recoller au score les siens. Puis le vieux grognard Al Horford, le joueur ayant disputé le plus grand nombre de matches de play-offs (141), sans jamais aller en finale jusqu'à cette année, a pris le relais en ajoutant 11 points, pour finir avec 26 (à 9/12, 6 rbds). Derrick White, judicieusement recruté aux dernières heures du mercato, a inscrit 21 points, avant que Marcus Smart, après un petit trou d'air, lui qui avait tenu la maison Celtics en première période, ne s'y mette aussi (18 pts).

«Nos joueurs sont des durs à cuire et on peut toujours savoir qu'on peut compter sur notre défense pour se ressaisir quand c'est nécessaire», a tenu à souligner leur coach Ime Udoka. Quinze minutes plus tôt, dans un Chase Center bouillonnant qui découvrait les frissons d'une finale, ce renversement de situation semblait improbable, tant les Celtics semblaient empruntés physiquement, eux qui n'ont eu que quatre jours pour recharger les batteries après avoir éliminé Miami, contre une semaine pour les Warriors.

Getty Images via AFP

Car Golden State avait poussé un deuxième coup d'accélérateur pour reprendre le large dans le sillage de Stephen Curry, longtemps le héros de ce match dont il a fini meilleur marqueur 36 pts (à 12/25 5 rbds, 5 passes). Son entame fut stratosphérique. Bien décidé à pimenter les débats, le meneur de 34 ans, qui n'a jamais encore été désigné MVP d'une finale, a enfilé 21 points dans la musette, dont six paniers primés inscrits (sur 8 tentés), dans ces douze premières minutes.

Record en prime, puisque jamais avant lui un joueur n'en avait réussi autant dans le premier quart-temps d'une finale. Le MVP de la saison régulière en 2015 et 2016 a ainsi fait mieux que Ray Allen - qu'il a dépassé cet hiver au classement des meilleurs marqueurs de l'histoire à trois points -, Kenny Smith et... lui-même (5). Malgré cette performance époustouflante, les Celtics n'étaient pas tant que ça dépassés par les évènements, puisqu'ils pointaient à quatre longueurs (32-28) à l'entame d'un deuxième quart-temps durant lequel leur défense s'est sérieusement resserrée.

Curry n'a pas pu tenir ce rythme fou, puisqu'il n'a pas mis un point, et à la pause Boston est passé devant (56-54), sans que Jayson Tatum, sa force motrice en attaque, ne se distingue particulièrement, sinon à la distribution (13 passes, 12 pts à 3/17). Côté Warriors, si Andrew Wiggins a fait son match (20 pts), Klay Thompson a été trop intermittent (15 pts, 6/14), sans néanmoins démériter. Ils sont juste tombés sur plus forts qu'eux. La dernière fois que Golden State a perdu un match N.1 à domicile d'une finale remonte à trois ans, c'était contre Toronto. Et cela s'était bien mal terminé. Réaction attendue et même obligatoire dimanche.

La rencontre N.2 aura lieu dimanche, toujours en Californie. La première équipe à quatre victoires sera sacrée championne NBA.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires