Criminel lorrain – Braquage à Zaventem: procès sans Bertoldi
Publié

Criminel lorrainBraquage à Zaventem: procès sans Bertoldi

BRUXELLES/METZ - Le procès d'un énorme vol de bijoux, survenu à Zaventem en 2013, s'est ouvert mercredi en l'absence du principal suspect, le Messin Marc Bertoldi.

Originaire de Metz, Marc Bertoldi est actuellement incarcéré en France.

Originaire de Metz, Marc Bertoldi est actuellement incarcéré en France.

AFP

Le procès de 19 personnes soupçonnées d'être impliquées dans l'un des plus importants vols de bijoux dans le monde ces dernières années, survenu en 2013 sur le tarmac de l'aéroport de Bruxelles, s'est ouvert mercredi dans la capitale belge. Surnommé le «casse du siècle» par les médias belges, ce braquage avait eu un écho retentissant, à la mesure du butin dérobé évalué à environ 38 millions d'euros, principalement des diamants.

Le 18 février 2013 vers 20h00, deux véhicules noirs équipés de gyrophares bleus avaient enfoncé la clôture d'un chantier pour pénétrer sur le tarmac de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem. C'est le moment où un chargement extrait d'un fourgon de transports de fonds doit être embarqué à bord d'un avion s'apprêtant à décoller pour Zurich. Huit hommes armés de fusils mitrailleurs, encagoulés et porteurs d'uniformes de policier surgissent alors des deux véhicules pour braquer les pilotes de l'avion et les transporteurs de la Brink's, sans tirer un coup de feu.

Bertoldi jugé par défaut

Forçant les portes de la soute, ils en extraient 120 colis contenant principalement des diamants, d'une valeur estimée à environ 50 millions de dollars (soit environ 38 millions d'euros). Ils repartent en trombe. L'opération n'a duré qu'une dizaine de minutes. En mai 2013, un coup de filet des enquêteurs en Belgique, en Suisse et en France avait abouti à l'interpellation d'une trentaine de personnes, parmi lesquelles le suspect principal, le Français originaire de Metz Marc Bertoldi, déjà condamné à de la prison.

Finalement 16 hommes, dont Marc Bertoldi, actuellement incarcéré en France, et trois femmes ont été renvoyés devant la justice belge pour répondre de leur responsabilité dans le braquage. Certains prévenus comparaissent pour le vol des diamants, d'autres pour le vol et l'incendie des véhicules qui ont servi aux faits, et d'autres encore pour le recel des diamants et pour blanchiment, a précisé l'agence Belga. Seule une petite partie du butin avait été retrouvée.

Marc Bertoldi, qui n'a pas été extradé de France, sera jugé par défaut car le président du tribunal correctionnel a rejeté mercredi matin la demande de disjonction présentée par son avocat, Me Dimitri de Béco. Le procès doit durer jusqu'à la fin de la semaine prochaine.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion