Les Brésiliens du Luxembourg mobilisés pour leur présidentielle

Publié

Vote au LuxembourgLes Brésiliens mobilisés pour leur présidentielle

ESCH-SUR-ALZETTE – Les résidents brésiliens du Luxembourg étaient nombreux ce dimanche à participer au scrutin présidentiel.

par
Joseph Gaulier
Les électeurs étaient nombreux dimanche matin.

Les électeurs étaient nombreux dimanche matin.

L'essentiel/JG

C’était l’affluence des grands jours dimanche matin à l’Infofabrik d’Esch-sur-Alzette. Dans ce local de la rue de l’Alzette sont invités 760 Brésiliens du Luxembourg à participer à l’élection présidentielle. «C’est important de venir, car c’est un droit civil. La situation politique est compliquée au Brésil», lance Ricardo, originaire de São Paulo. Selon lui, le sortant Jair Bolsonaro «sera réélu». Il lui a accordé son soutien, car «Lula, c’est ce qu’il y a de pire».

«C’est l’élection la plus importante de l’histoire du Brésil, car il y a beaucoup de séparation, de tension entre les deux camps», renchérit Felipe. Lui-même a fait son choix par défaut: «Ce n’est pas l’idéal de voter Lula, mais c’est la seule option contre Bolsonaro». L’ancien président (2003-2010) de 77 ans tente de faire son retour à la tête du pays de 213 millions d’habitants. Rafael est venu avec un t-shirt à l’effigie du leader de la gauche: «Bolsonaro est un fasciste, la démocratie est menacée».

Problème de la corruption

S’il pense que le président actuel pourrait contester le résultat de l’élection, le jeune homme a «confiance dans les institutions brésiliennes» pour ne pas générer de chaos. «S’il perd, il fera comme Donald Trump, il voudra recompter les votes», glisse Igor, qui habite au Luxembourg depuis 17 ans. Beaucoup d’électeurs interrogés, même ses opposants, doutent que l'ancien militaire puisse rejouer une scène typique de l’assaut du Capitole, en janvier 2021.

«Ce qui est trop extrême n’est pas bien, donc je n’aime pas ce qui se passe actuellement», lance Carlos, originaire de Rio de Janeiro. «J’ai eu du mal à prendre une décision, mais j’ai voté Lula», a-t-il reconnu à sa sortie du bureau de vote. Paola, de son côté, se réjouit que son pays ait «avancé au niveau économie, santé et éducation». «Mais nous avons un grand problème de corruption», tempère-t-elle. Pour cette raison, entre autres, elle a voté pour Jair Bolsonaro. «Les précédents (NDLR: la gauche) ont passé 16 ans au pouvoir, il y a eu beaucoup d’affaires de détournement d’argent», se souvient-elle.

L'essentiel/JG
0 commentaires