Réduction des déficits – Bruxelles va aussi devoir se serrer la ceinture
Publié

Réduction des déficitsBruxelles va aussi devoir se serrer la ceinture

Les gouvernements européens demandent à leur tour davantage d'économies à la Commission européenne dans son projet de budget de l'UE pour 2011, qui prévoit une hausse des dépenses de fonctionnement de 4,5%.

Les gouvernements n'acceptent qu'une hausse de 1,9%, compte tenu de la crise, contre 3,7% réclamés par les fonctionnaires. (editpress)

Les gouvernements n'acceptent qu'une hausse de 1,9%, compte tenu de la crise, contre 3,7% réclamés par les fonctionnaires. (editpress)

Ce projet de budget doit commencer à être discuté mardi par les ministres européens des Finances et le débat s'annonce tendu. «On est d'accord pour dépenser mieux mais pas pour dépenser plus», a estimé lundi un diplomate européen. «La Commission européenne est quand même celle qui demande à tous les États des efforts budgétaires pour réduire les déficits, elle doit faire la même chose pour ce qui la concerne», a-t-il ajouté. «Elle ne peut pas faire comme s'il n'y avait pas de crise économique».

Un diplomate d'un autre grand pays européen dit «attendre avec impatience de savoir pourquoi le budget de la Commission devrait croître en termes réels de 6% au moment où Olli Rehn (le commissaire aux Affaires économiques, ndlr) dit aux pays qu'ils doivent réduire leurs déficits». Le commissaire «va devoir s'employer beaucoup plus que d'habitude à expliquer la logique», a-t-il ajouté.

Bras de fer au sujet d'une revalorisation salariale

Le projet de budget 2011 prévoit une augmentation des frais administratifs des institutions européennes de 4,5% (+2,9% pour la Commission), incluant des créations de postes et des hausses de salaires, selon les chiffres de l'exécutif européen.

Les institutions de l'UE et les gouvernements européens sont engagés dans un bras de fer au sujet d'une revalorisation salariale pour quelque 50 000 fonctionnaires européens. Les gouvernements n'acceptent qu'une hausse de 1,9%, compte tenu de la crise, contre 3,7% réclamés par les fonctionnaires. Mais la Commission européenne a attaqué en justice les États de l'UE pour obtenir gain de cause.

lessentiel.lu

Ton opinion