«C'est comme Wikipedia, on ajoute ce qu'on sait»
Publié

«C'est comme Wikipedia, on ajoute ce qu'on sait»

LUXEMBOURG - Pour tout savoir sur les logiciels libres, il y a les Linux Days, mardi et mercredi. Entretien pour comprendre à quoi ils servent.

Les logiciels libres connaissent de plus en plus un véritable succès auprès des consommateurs. La raison: la possibilité pour tout à chacun de participer à l'évolution de ce dernier. (afp)

Les logiciels libres connaissent de plus en plus un véritable succès auprès des consommateurs. La raison: la possibilité pour tout à chacun de participer à l'évolution de ce dernier. (afp)

«L'essentiel»: Qu'est-ce qu'un logiciel libre?

Georges Schultz, ingénieur au centre de recherche publique Henri Tudor: C'est un logiciel qui respecte quatre libertés. On a le droit d'utiliser ce logiciel comme on veut; de comprendre comment il fonctionne, parce que le code source est public. (NDLR: le code source correspond aux instructions qui composent un programme informatique); de changer ce code selon ses besoins; et de distribuer le logiciel comme on le souhaite, avec ou sans changement dans le code source.

Pourquoi ont-ils du succès?

Parce que les gens veulent comprendre comment les choses fonctionnent et contribuer à les améliorer. C'est comme Wikipedia: avec un logiciel libre, tout le monde peut ajouter ce qu'il sait. Les problèmes sont résolus très rapidement. En plus, si l'on écrit un texte par exemple, il sera lisible même dans dix ans et même si on n'a pas acheté la dernière version du logiciel Word!

Pourquoi est-ce important d'avoir des logiciels libres?

Cela permet de développer des fonctions selon ses besoins et redonne à chacun l'accès au développement du logiciel. Il n'est plus gardé par quelques grosses sociétés.

Quels sont les inconvénients de ces logiciels?

On peut aujourd’hui très vite trouver un logiciel qui fait ce que l’on recherche. Problème : il faut trouver celui qui est pérenne. Car dans les logiciels libres, c’est un peu l’approche bazar. Beaucoup font la même chose, mais pour qu’un logiciel sorte de la masse durant plusieurs années, il faut que cette fonctionnalité spécifique soit assortie d’une communauté d’utilisateurs qui s’investisse, qui invente, qui résolve des problèmes informatiques. Et cela, c’est une évaluation qui est assez difficile à faire.

Comment fait-on pour se procurer ces outils?

Une grande partie sont à trouver sur le site Sourceforge.net. On peut alors analyser la communauté, si le projet est très actif ou pas etc.

Comment peut-on passer à un système équipé uniquement ou en partie de tels logiciels?

L’interaction entre les logiciels libres et non-libres est assez souple. Le mieux est de commencer doucement avec le monde du libre. Si on veut essayer Linux, par exemple, c’est facile. Il y a des live-CD que l’on met dans son ordinateur et qui ne vont toucher à aucune installation, tout en montrant comment ça marche.

On entend souvent parler d’une «philosophie du logiciel libre». Qu'est-ce que cela signifie?

Les grosses entreprises créent un logiciel et gardent la main dessus. C’est une certaine philosophie. Les sociétés qui travaillent sur du logiciel libre existe grâce au service qu’elles créent, à la fonctionnalité qu’elles développent et qui va servir à des gens. Elles n’existent pas grâce à la vente d’un logiciel.
En général, c’est cela que les adeptes du logiciel libre aiment : donner à chacun la possibilité de développer ce qui lui tient à cœur.

Recueilli par I. Hartmann

Ton opinion