«Dodo la Saumure» – «C'est DSK qui était visé à travers moi»
Publié

«Dodo la Saumure»«C'est DSK qui était visé à travers moi»

Le patron de maisons closes en Belgique, «Dodo la saumure», estime que sa mise en cause dans l'affaire de prostitution du Carlton visait à nuire à DSK avant la présidentielle.

«Dodo la saumure», a défendu DSK.

«Dodo la saumure», a défendu DSK.

AFP

«Celui qui est visé ce n'est pas tellement moi, c'est plutôt DSK. Il est vrai que cela arrange bien les magistrats que DSK puisse connaître Dodo la Saumure alors que ce n'est pas du tout le cas», a déclaré Dominique Alderweireld.

«Complot, ce n'est peut-être pas le terme mais disons que cela arrange bien des gens. Il est certain que DSK ne tient pas ses affaires. Il part favori aux primaires socialistes, il a beaucoup de chances de se faire élire président de la république. Alors à qui profite le crime?», s'interroge Dominique Alderweireld, qui a repris la gestion de ses «bars à filles» en Belgique, malgré un procès qui l'attend à Tournai (ouest) le 1er mars.

Remis en liberté

Ce Français de 63 ans a été remis en liberté sans condition le 10 janvier, après trois mois de détention préventive en Belgique, où la justice l'accuse de «tenue de maisons de débauche».

Il a également été entendu en tant que témoin en décembre par la police judiciaire de Lille, qui enquête sur une affaire de proxénétisme dans plusieurs hôtels de luxe de la métropole du nord.

Dominique Alderweireld, soupçonné d'avoir fourni des «filles» à ce réseau - ce qu'il dément -, n'a pas été mis en examen dans ce dossier où sont cités les noms de patrons d'hôtel, d'hommes d'affaires et de policiers du Nord, mais aussi celui de l'ancien directeur du FMI, Dominique Strauss-Kahn.

L'essentiel Online/

(AFP)

Ton opinion