Après les inondations – C'est l'heure du grand nettoyage à Remich

Publié

Après les inondationsC'est l'heure du grand nettoyage à Remich

REMICH - Depuis que la décrue de la Moselle s'est amorcée, les habitants de Remich ont commencé les opérations de nettoyage.

«Quand on vit à Remich, les bottes sont indispensables», lance avec le sourire, Martine 39 ans, à un jeune résident installé depuis peu dans la commune et surpris par la montée des eaux. Ce lundi, elle a profité de la décrue pour procéder aux premières opérations de nettoyage. «Il faut les faire au fur et à mesure que l'eau s'en va car si on laisse la boue sécher, c'est très dur à enlever». Comme la plupart des habitants, elle avait pris ses dispositions. «À Remich, on est habitué aux inondations. Tout a été entreposé à l'étage».

José Maschada propriétaire du café de la Poste avait lui aussi anticipé mais pas assez. «Le niveau d'eau est monté plus haut que ce qui avait été annoncé. Du coup, j'ai perdu des marchandises. Maintenant je laisse faire la nature et j'attends que l'eau se retire», dit-il, fataliste. Dans la commune, la solidarité bat son plein. Michel Schwachtgen le chef du corps des pompiers de Bous-Remich-Stradtbedimus sillonne la commune en barque. «J'emmène des enfants à l'école ou des personnes âgées dans le besoin. Je surveille les alentours pour voir si des personnes sont en difficulté...».

Christophe, 33 ans, paysagiste fleuriste, a quant à lui effectué les courses pour des voisins et voisines. «Cela me paraît naturel», assure le commerçant qui, à l'image d'autres collègues, a enregistré des pertes financières liées à l'arrêt de ses activités. Du côté des indemnisations la situation a évolué dans le pays. Depuis le 1er juin dernier, les compagnies d'assurances peuvent rembourser les dégâts liés aux inondations, ce qu'elles ne faisaient pas jusqu'alors. «À condition d'avoir souscrit à une assurance complémentaire», précise Marc Hengel, administrateur délégué de l'Association des compagnies d'assurances luxembourgeoises.

Michel Schwachtgen, chef du corps des pompiers de Bous-Remich-Stradtbedimus, fait un point sur la situation au micro de «L'essentiel Radio»:

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Ton opinion