Crise sanitaire/France – «C'est la première fois de ma vie que j'ai faim»

Publié

Crise sanitaire/France«C'est la première fois de ma vie que j'ai faim»

De nombreux Français ont basculé dans la pauvreté, à cause de la crise sanitaire. Ils étaient plus de 9 millions en 2019, ils pourraient être un million supplémentaire.

«Jamais de ma vie je pensais venir au Secours populaire», raconte Nadine, 62 ans.

«Jamais de ma vie je pensais venir au Secours populaire», raconte Nadine, 62 ans.

AFP/Lionel Bonaventure

«Jamais de ma vie je pensais venir au Secours populaire», raconte Nadine, 62 ans, en remuant son café dans la cuisine du local de l'association à Saint-Gaudens (Haute-Garonne). Comme elle, de nombreux Français ont basculé dans la pauvreté, à cause de la crise sanitaire.

La France comptait 9,3 millions de pauvres en 2018, selon les derniers chiffres officiels, et ils pourraient être un million supplémentaire du fait de la crise, ont avancé certaines associations. Rien qu'à Saint-Gaudens, sous-préfecture de 11 500 habitants aux portes des Pyrénées, le Secours populaire gérait 124 personnes avant le premier confinement: ils sont aujourd'hui 257 à bénéficier de l'aide du centre, affirme Léa Georget, la responsable de l'antenne locale.

Précipitées dans la pauvreté

Parmi les nouveaux profils, des personnes déjà précaires, des travailleurs pauvres et des intérimaires, mais aussi des personnes qui ont toujours été autonomes financièrement, précipitées dans la pauvreté après les confinements successifs.

Nadine Fernandez est arrivée des Bouches-du-Rhône, avec sa famille, à Saint-Gaudens en 2017. Son mari et son fils ont repris une petite station-essence et un local pour la réparation mécanique. L'entreprise ne fonctionnait pas très bien mais ils arrivaient à en vivre, jusqu'au premier confinement.

«Avant cette année, je vivais très bien»

Aujourd'hui, 40% des ménages précaires sont dans l'incapacité de couvrir leurs dépenses alimentaires, selon le rapport annuel du Secours catholique. C'est le cas de Marlène, 42 ans, qui, elle aussi, a bénéficié de l'aide du Secours populaire pour la première fois.

«Avant cette année, je vivais très bien. C’est la première fois de ma vie que j'ai faim, c’est fort quand même en France en 2020», soupire Marlène Renard, qui n'avait pas été au chômage depuis près de quinze ans.

Selon le dernier baromètre annuel Ipsos/Secours populaire, un Français sur quatre restreint les quantités dans son assiette et un sur sept saute des repas (14%).

(L'essentiel/afp)

Ton opinion